La destruction de Gaza DEVRAIT pousser les gens à se radicaliser

La destruction de Gaza
DEVRAIT pousser les gens
à se radicaliser

Par Caitlin Johnstone


Liberté d’expression Propagande Censure Répression Terrorisme Guerre
États-Unis Israël Palestine Occident
Article

Traduit de l’anglais par EDB () • Langue originale : anglais


Si la position dite « modérée » du statu quo politique de votre pays consiste à accepter, normaliser, soutenir et défendre le type de mal qui est infligé à la population de Gaza, alors vous devriez prendre le plus de distance possible avec cette position « modérée ».

*

Ce qui se passe à Gaza devrait vous pousser à vous radicaliser. C’est absolument nécessaire.

En ce moment même, alors que sa propre criminalité atteint des sommets, la classe politico-médiatique occidentale s’inquiète, en insistant de plus en plus, de voir les jeunes être « radicalisés » et se retourner contre leur gouvernement en raison de la diffusion d’informations et d’idées pendant les manifestations des campus et sur TikTok.

Mais, les jeunes doivent se radicaliser maintenant. Tout le monde devrait le faire.

Quand vous voyez Israël rejeter un cessez-le-feu du Hamas et commencer son assaut sur Rafah (la dernière soi-disant « zone de sécurité » à Gaza), cela devrait vous pousser à vous radicaliser.

Ryan Grim : « “Des quartiers résidentiels entiers sont détruits.” Netanyahou déchaîne l’enfer sur Rafah en opposition directe avec l’opposition (publique) de Biden. »
عبداللّٰه من غزّة 𓂆 [ Abdallah de Gaza 𓂆 ] : « Les véhicules sont arrivés au point de passage de Rafah accompagnés du manteau des bombardements militaires, des canons, des balles, des ceintures de feu, et les missiles que l’on entend sont lourds et produisent d’énormes explosions. Les véhicules progressent chaque minute. Des quartiers résidentiels entiers sont détruits. La situation empire chaque minute. Ô Allah, nous nous confions à toi, nous et notre terre. »
[Traduit de l’arabe (NdT)]

Quand vous voyez les sénateurs des États-Unis soutenir cet assaut horrifiant en menaçant publiquement la Cour pénale internationale si elle ose inculper les responsables israéliens pour crimes de guerre, cela devrait vous pousser à vous radicaliser.

Quand vous voyez Israël fermer Al Jazeera pour empêcher la diffusion d’informations sur ses crimes, juste avant de lancer cette atrocité de masse, cela devrait vous pousser à vous radicaliser.

Quand vous voyez le New York Times recevoir un prix Pulitzer pour sa couverture de Gaza discréditée par le scandale, notoirement biaisée et largement tournée en dérision, cela devrait vous pousser à vous radicaliser.

Quand vous voyez le président des États-Unis soutenir et encourager publiquement la répression policière violente contre les manifestants qui s’opposent à ses actions génocidaires à Gaza, cela devrait vous pousser à vous radicaliser.

Si la position, dite « modérée », du statu quo politique de votre pays consiste à accepter, normaliser, soutenir et défendre le type de mal qui est infligé à la population de Gaza, alors vous devriez prendre le plus de distance possible avec cette position « modérée » et chercher à anéantir ce statu quo politique.

Caitlin Johnstone : « Euhhh, excusez-moi, mais n’est-il pas étrange et inquiétant de voir les forces de police US et les responsables locaux considérer comme acquis qu’il est de leur devoir d’empêcher la diffusion d’opinions politiques qu’ils n’aiment pas ? Le maire de New York a dit la même chose. »
Oliya Scootercaster 🛴 : « “Quelqu’un est en train de radicaliser nos étudiants”, a déclaré Kaz, le commissaire adjoint aux opérations, après le raid effectué ce matin à l’Université de New York et à la New School, “nous allons découvrir de qui il s’agit”. Le chef de patrouille John Chell a montré la littérature trouvée à l’intérieur du “campement de solidarité avec Gaza” de la New School, après la descente de police : “Death to Israeli Real Estate, Death to America! Unschool!” [“À bas l’investissement israélien, Mort à l’Amérique ! Déscolarisation !”] »

Ce point évident est attaqué avec une frénésie croissante par l’empire et ses laquais.

Après que la police a violemment mis fin aux manifestations contre le génocide sur les campus de la ville de New York, le maire Eric Adams a déclaré : « Il y a un mouvement de radicalisation des jeunes, et je ne vais pas attendre que ce soit fait […] Je ne vais pas permettre que cela se produise en tant que maire de la ville de New York. » — comme si empêcher la propagation d’opinions politiques radicales est une chose pour laquelle un maire est élu aux États-Unis.

Kaz Daughtry, commissaire adjoint aux opérations de la police de New York, a affirmé à la presse qu’il existe « une organisation » qui « radicalise nos étudiants » et que la police de New York a l’intention de « découvrir de qui il s’agit ». Là encore, cela implique que ce serait le travail de la police de contrôler la diffusion d’opinions politiques non autorisées.

Dans un article au titre incroyablement propagandiste — « Les manifestations anti-israéliennes sont infiltrées par des “agitateurs extérieurs” qui radicalisent les étudiants et sèment la violence » —, le Washington Times a présenté ces affirmations non prouvées, émanant de responsables de la ville de New York, comme s’il s’agissait de faits établis et non d’une fiction très commode.

Lors d’une conférence à l’Institut McCain vendredi, le sénateur Mitt Romney a déclaré au secrétaire d’État Antony Blinken que le Congrès était favorable à l’interdiction de TikTok parce que le réseau social partage des informations qui retournent l’opinion des gens contre Israël. Il a affirmé que de telles informations ont un « effet très, très contestateur sur le narratif ».

Arnaud Bertrand : « Incroyable moment pendant lequel les masques tombent : Romney et Blinken disent que l’interdiction de TikTok était directement due au fait que “l’émotion, l’impact des images a un effet très contestateur sur le narratif”, le narratif étant “les relations publiques d’Israël” [“la propagande d’Israël” (NdT)]. »

Un nouvel article de The Intercept révèle que les membres du Congrès Mike Lawler et Josh Gottheimer ont demandé au FBI d’enquêter sur les manifestants du campus d’un groupe politique « centriste » appelé No Labels, suggérant ainsi que ces manifestations disposent d’un système de soutien néfaste sur lequel la police fédérale devrait se pencher.

Le Wall Street Journal a, quant à lui, perdu la raison à propos des manifestations sur les campus. Il a publié des articles avec des titres tels que « Des groupes d’activistes ont formé des étudiants pendant des mois avant les manifestations sur les campus » et « Les règles pour les radicaux sur les campus, 2024 • Un site web révèle la planification et la stratégie derrière les troubles actuels dans les universités » — titres qui suggèrent qu’il y a quelque chose d’inquiétant et d’inacceptable dans le fait que ces manifestations reçoivent le soutien « d’activistes de longue date et de groupes de gauche ».

Joe Scarborough, de la chaîne MSNBC, a joué les Alex Jones dans son émission de la semaine dernière, expliquant à son auditoire que ces manifestations universitaires ont eu lieu parce que le Qatar a « déversé des centaines de millions de dollars dans les universités américaines pour radicaliser les études sur le Moyen-Orient ».

Les dirigeants et les propagandistes de l’empire ont poussé le récit selon lequel des gouvernements étrangers sont derrière ce nouveau mouvement de protestation pour radicaliser les jeunes contre Washington et Israël, bien que, comme nous l’avons évoqué récemment avec humour, ils ne parviennent pas encore à se mettre d’accord sur le gouvernement étranger dont il s’agit.

Les doreurs d’image de l’empire ont multiplié les discours à propos d’une radicalisation et d’un soutien néfaste, parce que c’est le moyen qu’ils comptent utiliser pour étouffer le mouvement antiguerre naissant que l’empire a suscité avec ses atrocités génocidaires dans la bande de Gaza. S’ils parviennent à faire croire que c’est le rôle du gouvernement de faire taire les dissidents politiques et d’empêcher la diffusion d’opinions politiques non autorisées, ils peuvent alors justifier de faire à peu près n’importe quoi pour stopper ce mouvement dans son élan.

Tout ça pour mettre un terme à quelque chose qui devrait absolument se produire. Les jeunes devraient cultiver des positions politiques radicales en réponse à un génocide actif soutenu par leur gouvernement. Un mouvement antiguerre devrait se former contre la machine à tuer impériale, dont la folie meurtrière ne cesse de croître. Les gens devraient rejeter avec force le statu quo politique qui a permis à ce cauchemar de se déchaîner sur l’humanité.

Tout le monde devrait se retourner contre l’empire centralisé des États-Unis dès maintenant. Ne laissez pas les manipulateurs tromper notre société en lui faisant croire que cette tournure des événements est tout sauf une réponse correcte et appropriée à ce que l’empire est en train de faire.

À propos de la traduction

  • « se radicaliser » : Nous avons opté pour la forme pronominale pour mieux insister sur l’acte conscient et révolutionnaire qui représente la lutte contre le statu quo du système.

  • « radicaliser » / « être radicalisé (par) » : Les autres formes (la forme active pour les « agents extérieurs » qui opéreraient sur les étudiants et la forme passive pour ces étudiants qui en subiraient l’action) suggèrent plutôt l’endoctrinement avec ce qui est nuisible (fascisme, extrémisme religieux, etc.) ; cela évoque donc la propagande du système qui dénigre le mouvement.

Sources :


Source de la photographie d’en-tête : Wikimedia Commons (Ted Eytan)
2017.03.26 Anti-Israel Protest, Washington, DC USA 01929
[26 March 2017, 14:01 — file version: 27 March 2017, 03:30]
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:2017.03.26_Anti-Israel_Protest,_Washington,_DC_USA_01929_(33670862035).jpg
[ Creative Commons ]

 

Paramétrage
 Aspect :
Blanc Blanc antique
Noir Gris ardoise foncé