Toutes les publications

En dehors de la boîte

Sortir de l’univers du discours clos !

Chaque fois que vous vous exprimez dans un forum public contre la censure sur Internet, telle que les récents bannissements par Instagram/Facebook de Louis Farrakhan, d’Infowars et de plusieurs experts de la droite, vous offensez toujours deux groupes politiques majeurs. Le premier groupe comprend...

Par Denis Souchon et Jérémie Fabre
Une publication Acrimed

« Dis-moi où tu habites, je te dirai qui tu es. » Si les médias dominants se ressemblent, une des explications consiste à dire que ceux qui les contrôlent et/ou dirigent se ressemblent et a minima ont des conditions matérielles d’existence et des intérêts objectifs similaires. Pour tenter d’analys...

Par Maxime Vivas
Une publication Le Grand Soir

Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies.

Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. À l’époque, tous les délocalisés (souvent des couples) étaient volontaires en raison d’avantages palpables : primes de mobilité, autre qualité de vie, de transport, de logement.

Cette direction nationale comptait environ 800 personnes à Blagnac et 6000 dans ses directions « régionales » dont les sièges étaient à Lyon, Metz, Nantes, Paris, Toulouse.

À Paris, la DG (direction générale), sous l’impulsion d’un DRH éclairé et de quelques collaborateurs convaincus, avait mis en place un service national comptant une centaine d’ergonomes ou assimilés pour 150 000 agents.

 
 
Paramétrage
 Aspect :
Blanc Blanc antique
Noir Gris ardoise foncé