L’Empire britannique a tué 165 millions d’Indiens en 40 ans : comment le colonialisme a inspiré le fascisme

L’Empire britannique
a tué 165 millions d’Indiens
en 40 ans :
comment le colonialisme
a inspiré le fascisme

Par Ben Norton

Citations de Jason Hickel, Dylan Sullivan et Utsa Patnaik

Une publication Multipolarista

Colonialisme Racisme Fascisme Histoire
Royaume-Uni Inde Europe Occident
Article

Traduit de l’anglais par EDB () • Langue originale : anglais


Selon une étude universitaire, le colonialisme britannique a causé environ 165 millions de morts en Inde entre 1880 et 1920, tout en volant des milliers de milliards de dollars de richesses. Le système capitaliste mondial a été fondé sur les génocides impériaux européens, qui ont inspiré Adolf Hitler et conduit au fascisme.

*

Le colonialisme britannique a causé au moins 100 millions de morts en Inde en une quarantaine d’années, selon une étude universitaire.

Et pendant près de 200 ans de colonialisme, l’Empire britannique a volé au moins 45 000 milliards de dollars de richesses à l’Inde, a calculé un éminent économiste.

Les crimes génocidaires commis par les empires européens en dehors de leurs frontières ont inspiré Adolf Hitler et Benito Mussolini, conduisant à la montée des régimes fascistes qui ont perpétré des crimes génocidaires similaires à l’intérieur de leurs frontières.

L’anthropologue économique Jason Hickel et son co-auteur Dylan Sullivan ont publié un article dans la revue universitaire respectée World Development intitulé « Capitalisme et extrême pauvreté : une analyse mondiale des salaires réels, de la taille humaine et de la mortalité tout au long du XVIe siècle ».

Dans le rapport, les universitaires estiment que l’Inde a subi une surmortalité de 165 millions de décès dus au colonialisme britannique entre 1880 et 1920.

« Ce chiffre est plus important que le nombre combiné de décès des deux guerres mondiales, y compris l’holocauste nazi », ont-ils noté.

Ils ajoutent que « l’espérance de vie des Indiens n’a pas atteint le niveau de l’Angleterre du début de l’ère moderne (35,8 ans) avant 1950, après la décolonisation ».

Hickel et Sullivan ont résumé leurs recherches dans un article d’Al Jazeera, intitulé « Comment le colonialisme britannique a tué 100 millions d’Indiens en 40 ans ».

Ils expliquent :

« Selon les recherches de l’historien économique Robert C. Allen, l’extrême pauvreté en Inde a augmenté sous la domination britannique, passant de 23 % en 1810 à plus de 50 % au milieu du XXe siècle. Les salaires réels ont diminué pendant la période coloniale britannique, atteignant un nadir au XIXe siècle, tandis que les famines devenaient plus fréquentes et plus meurtrières. Loin de profiter au peuple indien, le colonialisme a été une tragédie humaine sans équivalent dans l’histoire.

Les experts s’accordent à dire que la période allant de 1880 à 1920 — l’apogée de la puissance impériale britannique — a été particulièrement dévastatrice pour l’Inde. Les recensements exhaustifs de la population effectués par le régime colonial à partir des années 1880 révèlent que le taux de mortalité a considérablement augmenté au cours de cette période, passant de 37,2 décès pour 1 000 personnes dans les années 1880 à 44,2 dans les années 1910. L’espérance de vie a diminué de 26,7 ans à 21,9 ans.

Dans un article récent publié dans la revue World Development, nous avons utilisé des données de recensement pour estimer le nombre de personnes tuées par les politiques impériales britanniques au cours de ces quatre décennies brutales. Des données solides sur les taux de mortalité en Inde n’existent qu’à partir des années 1880. Si nous utilisons ces données comme base de référence pour une mortalité “normale”, nous constatons qu’une surmortalité de quelque 50 millions de décès s’est produite sous l’égide du colonialisme britannique au cours de la période allant de 1891 à 1920.

Cinquante millions de décès est un chiffre stupéfiant, et pourtant il s’agit d’une estimation prudente. Les données sur les salaires réels indiquent qu’en 1880, le niveau de vie dans l’Inde coloniale avait déjà considérablement baissé par rapport à ses niveaux précédents. Allen et d’autres chercheurs soutiennent qu’avant le colonialisme, le niveau de vie indien était peut-être “équivalent à celui des régions en développement d’Europe occidentale”. Nous ne savons pas avec certitude quel était le taux de mortalité de l’Inde avant la colonisation, mais si nous supposons qu’il était similaire à celui de l’Angleterre aux XVIe et XVIIe siècles (27,18 décès pour 1 000 personnes), nous constatons qu’une surmortalité de 165 millions de décès s’est produite en Inde au cours de la période allant de 1881 à 1920.

Bien que le nombre exact de décès soit sensible aux hypothèses que nous faisons sur la mortalité de base, il est clair que près de 100 millions de personnes sont mortes prématurément au plus fort du colonialisme britannique. Il s’agit de l’une des plus grandes crises de mortalité provoquées par des politiques dans l’histoire de l’humanité. Elle est plus importante que le nombre combiné de décès survenus pendant toutes les famines en Union soviétique, en Chine maoïste, en Corée du Nord, au Cambodge de Pol Pot et en Éthiopie de Mengistu. »

Dr. Prerna Bakshi : « “Il s’agit de l’une des plus grandes crises de mortalité provoquées par des politiques dans l’histoire de l’humanité. Elle est plus importante que le nombre combiné de décès survenus pendant toutes les famines en Union soviétique, en Chine maoïste, en Corée du Nord, au Cambodge de Pol Pot et en Éthiopie de Mengistu.” »
Article : « Comment le colonialisme britannique a tué 100 millions d’Indiens en 40 ans »

Ce chiffre stupéfiant n’inclut pas les dizaines de millions d’autres Indiens qui ont péri dans des famines provoquées par l’homme et l’Empire britannique.

Lors de la fameuse famine du Bengale en 1943, on estime que 3 millions d’Indiens sont morts de faim, alors que le gouvernement britannique exportait de la nourriture et interdisait les importations de céréales.

Des études universitaires menées par des scientifiques ont révélé que la famine qui a sévi au Bengale en 1943 n’était pas le résultat de causes naturelles ; c’était le produit des politiques du Premier ministre britannique Winston Churchill.

Sasha Alyson 🌍🌏🌎 Karma Colonialism : « La famine de 1943 au Bengale a tué 2 à 3 millions de personnes, alors que le Bengale faisait partie de l’Inde sous domination britannique.
Il y avait de la nourriture — mais Winston Churchill a ordonné qu’elle soit exportée et stockée au cas où l’Europe en aurait besoin alors que la guerre s’éternisait.
aljazeera.com/news/2019/4/1/ »

Churchill lui-même était un raciste notoire qui a déclaré : « Je déteste les Indiens. C’est un peuple bestial avec une religion bestiale. »

Au début des années 1930, Churchill admirait également le leader nazi Adolf Hitler et le dictateur italien fondateur du fascisme, Benito Mussolini.

Les propres partisans universitaires de Churchill ont admis qu’il « exprimait son admiration pour Mussolini » et que, « s’il était contraint de choisir entre le fascisme italien et le communisme italien, Churchill choisirait sans hésitation le premier ».

Ben Norton : « Le colonialiste génocidaire Churchill “exprimait son admiration pour Mussolini”.
Les propres hagiographes de Churchill ont admis que “s’il était contraint de choisir entre le fascisme italien et le communisme italien, Churchill choisirait sans hésitation le premier”.
En 1935, Churchill a loué Hitler pour son “courage”. »
Bes D. Marx : « La défense de Churchill ne semble pas solide. »
Illustration : « The Churchill Project — Hillsdale College
Les critiques disent alors : Eh bien, si Churchill n’était pas un fasciste lui-même, il sympathisait avec eux. Comme souvent, l’examen de ce qu’il a réellement dit nous conduit à des conclusions totalement différentes. Oui, Churchill a exprimé son admiration pour Mussolini, en public et en privé, jusqu’à ce qu’il s’allie à Hitler. Oui, s’il était contraint de choisir entre le fascisme italien et le communisme italien, Churchill choisirait sans hésitation le premier. Non, Churchill n’a jamais cru que le fascisme était acceptable dans une démocratie. »

Le politicien indien Shashi Tharoor, qui a été sous-secrétaire général des Nations unies, a documenté de manière exhaustive les crimes de l’Empire britannique, notamment sous Churchill.

« Churchill a autant de sang sur les mains qu’Hitler », a souligné Tharoor. Il a évoqué « les décisions qu’il [Churchill] a personnellement signées pendant la famine du Bengale, où 4,3 millions de personnes sont mortes à cause des décisions qu’il a prises ou approuvées ».

L’économiste indienne primée Utsa Patnaik a estimé que l’Empire britannique a drainé 45 000 milliards de dollars de richesses du sous-continent indien.

AnnieZaidi : « “Sur environ 200 ans, la Compagnie des Indes orientales et le Raj britannique ont siphonné au moins 9 200 milliards de livres (ou 44 600 milliards de dollars) […] Pour replacer cette somme dans son contexte, le PIB de la Grande-Bretagne en 2018 est estimé à environ 3 000 milliards de dollars.” »
Article : « Le Raj britannique a siphonné l’Inde de 45 000 milliards de dollars : Utsa Patnaik »

Dans une interview de 2018 avec le site d’information indien Mint, elle explique :

« Entre 1765 et 1938, le drainage s’est élevé à 9 200 milliards de livres sterling (soit 45 000 milliards de dollars), en prenant comme mesure les recettes excédentaires d’exportation de l’Inde et en les capitalisant à un taux d’intérêt de 5 %. Les Indiens n’ont jamais été crédités de leurs propres gains en or et en devises. Au lieu de cela, les producteurs locaux ont été “payés” avec l’équivalent en roupies du budget, ce qui n’est jamais le cas dans un pays indépendant. Le “drainage” variait entre 26 et 36 % du budget du gouvernement central. Il est évident que cela aurait fait une énorme différence si les gigantesques recettes internationales de l’Inde avaient été conservées dans le pays. L’Inde aurait été bien plus développée, avec des indicateurs de santé et de bien-être social bien meilleurs. Le revenu par habitant n’a pratiquement pas augmenté entre 1900 et 1946, même si l’Inde a enregistré le deuxième plus grand excédent de recettes d’exportation au monde pendant trois décennies avant 1929.

Comme tous les gains ont été pris par la Grande-Bretagne, une telle stagnation n’est pas surprenante. Les gens ordinaires mouraient comme des mouches en raison de la sous-alimentation et des maladies. Il est choquant que l’espérance de vie des Indiens à la naissance ne soit que de 22 ans en 1911. L’indice le plus révélateur, cependant, est la disponibilité des céréales alimentaires. Parce que le pouvoir d’achat des Indiens ordinaires était comprimé par des taxes élevées, la consommation annuelle de céréales par habitant est passée de 200 kg en 1900 à 157 kg à la veille de la Seconde Guerre mondiale, puis a chuté à 137 kg en 1946. Aucun pays dans le monde d’aujourd’hui, pas même le moins développé, n’est proche de la position de l’Inde en 1946. »

Patnaik a souligné :

« Le monde capitaliste moderne n’existerait pas sans le colonialisme et le drainage. Pendant la transition industrielle de la Grande-Bretagne, de 1780 à 1820, le drainage de l’Asie et des Antilles combinées représentait environ 6 % du PIB de la Grande-Bretagne, soit presque le même taux d’épargne que le sien. Après le milieu du XIXe siècle, la Grande-Bretagne a enregistré des déficits de la balance courante avec l’Europe continentale et l’Amérique du Nord, tout en investissant massivement dans ces régions, ce qui a entraîné des déficits de la balance des capitaux. Ces deux déficits se sont traduits par des déficits importants et croissants de la balance des paiements (BdP) avec ces régions.

Comment la Grande-Bretagne a-t-elle pu exporter autant de capitaux, qui ont servi à construire des chemins de fer, des routes et des usines aux États-Unis et en Europe continentale ? Ses déficits de la balance des paiements avec ces régions étaient réglés en s’appropriant l’or financier et les devises gagnés par les colonies, en particulier l’Inde. Toute dépense inhabituelle, comme la guerre, était également inscrite au budget indien, et tout ce que l’Inde n’était pas en mesure de couvrir par ses recettes annuelles en devises était présenté comme son endettement, sur lequel les intérêts s’accumulaient. »

Sources :


Sources de l’illustration d’en-tête :

 

Paramétrage
 Aspect :
Blanc Blanc antique
Noir Gris ardoise foncé