Le fascisme se débarrasse de ses déguisements

Le fascisme se débarrasse
de ses déguisements

Par Caitlin Johnstone

Julian Assange Démocratie Corruption Dissidence Répression Impérialisme Propagande Médias
États-Unis Royaume-Uni Occident
Article

Traduit de l’anglais par EDB () • Langue originale : anglais


Le gouvernement des États-Unis a gagné son appel contre le rejet par une juridiction britannique inférieure de sa demande d’extradition visant à poursuivre Julian Assange pour des activités journalistiques en vertu de l’Espionage Act. Au lieu d’être libéré, le fondateur de WikiLeaks continuera de croupir dans la prison de Belmarsh, où il a déjà passé plus de deux ans et demi, bien qu’il n’ait été reconnu coupable d’aucun crime.

« En conséquence, cette demande d’extradition sera envoyée à la ministre britannique de l’Intérieur, Prita Patel, qui doit techniquement approuver toutes les demandes d’extradition, mais qui, étant donné la soumission de longue date du gouvernement britannique à l’État de sécurité des États-Unis, est pratiquement certaine de l’approuver sans discussion », écrit Glenn Greenwald. « Les représentants d’Assange, y compris sa fiancée Stella Morris, ont juré de faire appel de la décision, mais la victoire d’aujourd’hui pour les États-Unis signifie que la liberté d’Assange, si elle vient un jour, est plus éloignée que jamais : pas des mois, mais des années, même dans les meilleures circonstances. »

« Marquez ce jour comme étant celui où le fascisme se débarrasse de ses déguisements », a tweeté le journaliste John Pilger à propos du jugement.

Secretary Antony Blinken : « La liberté des médias joue un rôle indispensable pour informer le public, demander des comptes aux gouvernements et raconter des histoires qui, autrement, ne seraient pas racontées. Les États-Unis continueront à défendre le travail courageux et nécessaire des journalistes du monde entier. #SummitForDemocracy »

Ce jugement, qui permet aux États-Unis de continuer à œuvrer à l’extradition d’un journaliste pour avoir dénoncé les crimes de guerre US, intervient le dernier jour du soi-disant « Sommet pour la démocratie » de Washington, où le secrétaire d’État des États-Unis a fait un show grandiose sur la façon dont la liberté de la presse « joue un rôle indispensable pour informer le public, demander des comptes aux gouvernements et raconter des histoires qui, autrement, ne seraient pas racontées » et a déclaré : « Les États-Unis continueront à défendre le travail courageux et nécessaire des journalistes du monde entier. »

Ce jugement intervient également le jour de la Journée des droits de l’homme des Nations unies.

Ce jugement intervient le jour même où deux journalistes ont officiellement reçu les prix Nobel de la paix qui leur avaient été décernés et ont demandé des protections pour les journalistes  dans leur discours d’acceptation.

Ce jugement intervient alors que le gouvernement des États-Unis s’engage à soutenir à hauteur de centaines de millions de dollars les « médias indépendants » du monde entier, en coordination avec les médias d’État britanniques.

Ce jugement intervient après qu’il a été révélé que la CIA a élaboré des plans pour kidnapper et assassiner Assange dans l’ambassade d’Équateur après que les publications de Vault 7 en 2017 ont mis l’agence dans l’embarras.

Ce jugement intervient après qu’il a été révélé que des mandataires de la CIA ont espionné Assange et ses avocats à l’ambassade d’Équateur, rendant ainsi impossible un procès équitable aux États-Unis.

Ce jugement intervient après qu’il a été révélé que l’accusation US s’est appuyée sur le faux témoignage d’un sociopathe diagnostiqué et d’un pédophile condamné.

Ce jugement intervient après que de récents rapports d’enquête sur les frappes aériennes étatsuniennes ayant entraîné le massacre de civils nous ont rappelé pourquoi il est si important que la presse puisse mener un journalisme critique sur la plus puissante force militaire jamais constituée.

John Pilger : « La Haute Cour a décidé que Julian #Assange pouvait être extradé vers les États-Unis. “Comment peut-il être juste, comment peut-il être correct, comment peut-il être possible d’extrader Julian vers le pays même qui a comploté pour le tuer ?” a déclaré Stella Moris. Marquez ce jour comme étant celui où le fascisme se débarrasse de ses déguisements. »

Les faits sont là et l’affaire est close : les États-Unis et leurs alliés se moquent de la liberté de la presse dans la mesure où elle peut être utilisée à des fins de propagande. La façon dont les journalistes qui offensent les puissants sont traités par le gouvernement des États-Unis et celle dont ils sont traités par la monarchie saoudienne ne diffèrent qu’en termes de rapidité et de saleté.

Les masques s’effondrent. Même lorsqu’il est réduit au silence, immobilisé, enfermé et caché de la vue du public, Julian Assange continue de faire la lumière sur les mécanismes abusifs du pouvoir. Il les expose sans doute plus que jamais auparavant.

Alors que le fascisme se débarrasse de ses déguisements, il devient de plus en plus important de mettre en lumière l’hypocrisie, la fraude et la dépravation des personnes qui dirigent notre monde.

Sources :

 

Paramétrage
 Aspect :
Blanc Blanc antique
Noir Gris ardoise foncé