Ils sont en train de l’assassiner : l’AVC d’Assange est la version occidentale de la scie à os saoudienne

Ils sont en train de l’assassiner :
l’AVC d’Assange
est
la version occidentale
de la scie à os saoudienne

Par Caitlin Johnstone

Julian Assange Torture Répression Impérialisme
États-Unis Royaume-Uni Australie Occident
Article

Traduit de l’anglais par EDB () • Langue originale : anglais


Julian Assange a été victime d’un micro-AVC en octobre lors de l’audience de l’appel par les États-Unis de la décision d’un tribunal britannique sur son dossier d’extradition.

« L’éditeur de WikiLeaks, âgé de 50 ans, qui est maintenu en détention provisoire dans une prison de haute sécurité tout en luttant contre son extradition vers l’Amérique, s’est retrouvé avec une paupière droite tombante, des problèmes de mémoire et des signes de dommages neurologiques », rapporte le Daily Mail. « Il pense que le micro-AVC a été déclenché par le stress de l’action judiciaire étatsunienne en cours contre lui, et par le déclin général de sa santé alors qu’il affronte son troisième Noël derrière les barreaux ».

« Assange a été examiné par un médecin, qui a constaté une réaction retardée de la pupille lorsqu’une lumière était projetée dans un œil — un signe de dommages nerveux potentiels », peut-on lire dans l’article.

« Julian se débat et je crains que ce micro-AVC ne soit le précurseur d’une attaque plus importante. Cela aggrave nos craintes quant à sa capacité à survivre à cette longue bataille juridique », a déclaré Stella Moris, la fiancée de Julian Assange, au Daily Mail.

« L’AVC d’Assange n’est pas une surprise », a tweeté le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, en réaction à la nouvelle. « Comme nous avions déjà alerté après l’avoir examiné, à moins d’être soulagé de la pression constante de l’isolement, de l’arbitraire et de la persécution, sa santé entrerait dans une spirale descendante mettant sa vie en danger. »

Melzer a examiné Assange avec des experts médicaux en 2019 et a publié un rapport avec le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme disant que « M. Assange présentait tous les symptômes typiques d’une exposition prolongée à la torture psychologique, y compris un stress extrême, une anxiété chronique et un traumatisme psychologique intense. »

L’année suivante, Melzer s’est exprimé encore plus crûment, écrivant que « Julian Assange présente les symptômes typiques de la torture psychologique. S’il ne reçoit pas rapidement une protection, une détérioration rapide de sa santé est probable, et la mort pourrait en être l’une des conséquences ».

En octobre de cette année, Melzer a été encore plus direct en disant : « S’il meurt en prison, il a effectivement été torturé à mort. C’est la réalité. Et je n’exagère pas. J’ai travaillé dans des zones de guerre. J’ai l’habitude de rendre visite à des prisonniers. J’ai rendu visite à Julian Assange, et j’avais avec moi deux médecins légistes spécialisés et un psychiatre qui l’ont évalué pendant quatre heures, et nous sommes tous, indépendamment les uns des autres, arrivés à ces conclusions. À ce moment-là, sa vie était en danger. Et comme de juste, quelques jours après notre départ de la prison, il est entré dans une spirale infernale. »

Ils sont en train d’assassiner Julian Assange. Les experts s’entendent pour dire qu’ils le tuent. L’AVC d’Assange n’est qu’un autre élément de la montagne de preuves que nous avions déjà.

L’alliance de pouvoir centralisée des États-Unis est en train d’assassiner un journaliste, aussi sûrement que le régime saoudien a assassiné le chroniqueur du Washington Post, Jamal Khashoggi. La seule différence est que Khashoggi a été tué rapidement par un démembrement vivant à la scie à os, tandis qu’Assange est tué lentement par la justice.

L’affaire de l’extradition d’Assange n’est que la version occidentale du traitement à la scie à os. Elle n’est pas moins barbare, ni moins cruelle, ni moins vicieuse, ni moins tyrannique ; elle est simplement plus médiatisable et mieux adaptée au fascisme des bons gars évoluant dans les ramifications occidentales de l’empire planétaire qui dirige notre monde. Les gouvernements des États-Unis, du Royaume-Uni et d’Australie ne découpent pas Assange en morceaux dans le cadre de leur campagne coordonnée visant à le détruire, mais ils pourraient tout aussi bien le faire.

Le monde a reculé d’horreur en apprenant la fin tragique de Khashoggi, et il ne faudra pas longtemps pour que le monde commence à reculer de la même façon devant ce qui a été fait à Assange. Notre société devient rapidement plus consciente ; nous avons déjà honte de choses qui nous semblaient normales il y a seulement quelques années. Nous réalisons maintenant que des hommes comme Harvey Weinstein sont des prédateurs et que les starlettes d’Hollywood que l’on critiquait autrefois parce qu’elles « couchaient pour arriver au sommet » étaient en fait victimes d’agressions. Nous réalisons maintenant que c’était une erreur de faire des blagues sur la stagiaire abusée sexuellement par Bill Clinton. Nous réalisons que le gamin « Laissez Britney tranquille » dont tout le monde s’est moqué en 2007 avait en fait quelque chose à dire. Nous réalisons maintenant que c’est une erreur de faire en sorte que les gens se sentent mal à cause de leur orientation ou de leur identité sexuelle. De nombreux films réalisés il y a dix ou quinze ans sont désagréables à regarder aujourd’hui parce qu’ils étaient inconscients de la dynamique du pouvoir que nous voyons tous beaucoup plus clairement maintenant.

Et, qu’Assange survive ou non à cette tentative d’assassinat au ralenti, il ne faudra pas longtemps avant que la société comprenne pleinement que son gouvernement et ses alliés ont activement conspiré pour assassiner un journaliste parce qu’il a dit la vérité.

L’appel des États-Unis dans l’affaire de l’extradition de Julian Assange
par Caitlin Johnstone

 

Paramétrage
 Aspect :
Blanc Blanc antique
Noir Gris ardoise foncé