Une parente de captifs israéliens confirme que « 3 otages ont été tués par des tirs israéliens », et fustige l’armée

Une parente de captifs israéliens
confirme que
« 3 otages ont été tués
par des tirs israéliens »,
et fustige l’armée

Par Wyatt Reed et Max Blumenthal

Une publication The Grayzone


Propagande Censure Terrorisme Droits de l’homme
Israël Palestine
Article

Traduit de l’anglais par EDB () • Langue originale : anglais


Une Israélienne dont les membres de la famille étaient détenus par des militants palestiniens évoque les morts par tirs amis et déplore : « Nous avions l’habitude de penser que l’IDF1 savait ce qu’elle faisait. » Pendant ce temps, des otages libérés décrivent les « horribles traumatismes de la captivité » causés par les bombardements israéliens.

*

Une parente de captifs israéliens récemment libérés a publiquement accusé l’armée israélienne de tuer sa propre population et dénonce le fait que Tel-Aviv empêche les familles des victimes de s’exprimer.

Dans un témoignage présenté à la commission des finances d’Israël le 3 décembre, Noam Dan, dont le mari de la cousine est toujours détenu par le Hamas et qui a perdu deux autres membres de sa famille au cours des hostilités, a affirmé aux législateurs que l’armée israélienne avait tué les siens.

« Nous savons avec certitude que trois personnes ont été tuées par nos tirs, trois otages », a-t-elle déclaré, tout en exigeant de savoir si les familles des captifs « ont été abandonnées » par l’administration Netanyahou.

Hanno Hauenstein : « Lors de la réunion de la commission des finances israélienne, aujourd’hui, Noam Dan, dont le père fait partie des Israéliens enlevés à Gaza : “Je veux savoir si nous avons été abandonnés […] nous savons avec certitude que trois personnes ont été tuées par nos tirs, trois otages.” (minute 2:14) »

Les commentaires de Dan semblent confirmer la déclaration faite depuis le lieu de sa captivité à Gaza par Yarden Bibas, un citoyen israélien de 34 ans. S’adressant à Netanyahou, celui-ci a déclaré que l’armée israélienne avait tué sa femme et ses deux enfants lors d’une frappe aérienne et a demandé au Premier ministre de négocier la libération des corps : « Bibi, vous avez détruit ma famille. Vous avez tué ma femme et mes enfants, tout ce qui faisait ma vie […] Je vous en conjure, ramenez ma femme et mes enfants à la maison. »

D’autres captifs israéliens libérés ont également livré des récits poignants sur les bombardements massifs qu’ils ont subis. Selon un billet Facebook du producteur de télévision israélien Hagai Levi : « D’après les rapports des personnes enlevées qui reviennent, il est répété que le traumatisme de la captivité le plus horrible qu’ils ont subi a probablement été les bombardements de l’IDF. »

« Lorsqu’ils en parlent, ils tremblent littéralement devant moi. Les termes utilisés sont ceux de l’enfer, du seuil de la mort, d’un tremblement de terre, d’un bruit provenant d’une autre planète (qui a également causé des lésions auditives permanentes). La peur d’être assassiné par les ravisseurs était nulle comparée à la peur de mourir dans les bombardements. »

Les bombardements israéliens et les sanctions contre Gaza menacent de provoquer un « massacre de masse » aussi bien chez les Palestiniens que chez les otages israéliens

Après la fin d’une trêve temporaire et la reprise des bombardements sur l’enclave le 1er décembre, le Hamas a accusé Israël de saboter les efforts visant à prolonger le cessez-le-feu à Gaza : il a affirmé que l’administration Netanyahou refusait de libérer les plus de 130 Palestiniens capturés pendant la trêve en échange des corps d’une famille de captifs — tués, selon le groupe, par des frappes israéliennes.

Dans un communiqué, le porte-parole du Hamas, le Dr Khalil Al-Hayya, a déclaré que le groupe « a proposé de remettre les corps des détenus morts à la suite des bombardements israéliens, y compris ceux de la famille Bibas », mais que « l’occupation a refusé de donner suite à toutes ces offres, car elle avait déjà décidé de reprendre son agression criminelle ».

Lors d’une précédente apparition sur la chaîne israélienne Channel 13, Dan avait déclaré à son interlocuteur que « nous savons avec certitude que non seulement [les civils israéliens] ont entendu des bombardements, mais aussi que des bâtiments se sont effondrés sur leurs habitants » et que « des otages ont été blessés » lors des attaques.

« L’IDF endommage les maisons où ils sont détenus », a-t-elle souligné. Et ce ne sont pas seulement les bombes israéliennes qui mettent en péril la sécurité des Israéliens captifs. Selon Dan, « nos sanctions contre Gaza mettent en danger la santé des otages », car « si Gaza n’a pas de farine, ils n’ont pas de farine […] C’est du un pour un ».

Elle a fait remarquer que la réputation militaire d’Israël a été mise en lambeaux à la suite de sa réponse désastreuse aux raids transfrontaliers menés par le Hamas et d’autres groupes militants palestiniens, au début du mois d’octobre.

« L’idée que “l’IDF sait et les protège” s’est effondrée », a expliqué Dan, ajoutant qu’elle était « surprise » que l’armée israélienne « nous ait permis d’en savoir autant, parce que cela a complètement brisé notre confiance ».

« Nous avions l’habitude de penser que l’IDF savait ce qu’elle faisait — nous savons maintenant que rien n’est aussi simple. »

Black Bird ✊🛑🏴🇮🇱👽🥒 🥩🦠💜 : « Noam Dan, une parente d’Ofer Calderon enlevé, révèle sur Channel 13 des détails que l’on aurait demandé aux familles de cacher :
Tsahal frappe les maisons et les lieux où se trouvent les personnes enlevées.
Certaines de ces maisons se sont effondrées sur leurs occupants. »
[Traduit de l’hébreu (NdT)]

Dans la même interview, Dan a révélé que Tel-Aviv lui avait interdit de divulguer des informations sur les « expériences très difficiles » vécues par ses proches, déclarant à l’animateur : « Je n’ai pas le droit de donner des détails. Ils nous ont demandé de ne pas le faire. »

La colère contre Benyamin Netanyahou monte en Israël depuis le 7 octobre, et un sondage réalisé début novembre a révélé que 76 % des Israéliens souhaitaient la démission du Premier ministre. Bien que la campagne militaire que ce dernier supervise ait permis de tuer un nombre de Palestiniens estimé à 15 899 lors des attaques aériennes aveugles, les forces israéliennes, avec leurs tactiques impitoyables, n’ont pas réussi à obtenir la libération des 122 civils qui, selon elles, se trouvent encore à Gaza.

Les otages libérés de Gaza continuent d’alerter sur le fait que l’armée israélienne représente la plus grande menace pour ceux qui sont restés dans la bande assiégée. Outre les bombardements qui ont tué de nombreux Israéliens en captivité, la perspective d’une opération militaire de sauvetage les effraie.

« La plus grande menace qui plane actuellement sur la tête des personnes enlevées », écrit Hagai Levy, « est une opération militaire de sauvetage. Les familles des personnes enlevées et tous ceux qui les entourent devraient crier et hurler, et tout faire pour qu’une telle opération n’ait pas lieu. Les risques de massacres sont cent fois plus élevés que les chances de succès ».

Pendant ce temps, à Jérusalem, des soldats israéliens ont exécuté devant les caméras un Israélien juif ; celui-ci avait tenté de repousser des militants palestiniens qui avaient ouvert le feu à un arrêt de bus de Jérusalem ; il a été abattu, même après qu’il a jeté son arme et supplié pour sa vie.

Réagissant à ce dernier incident de tir ami, Netanyahou a haussé les épaules : « C’est la vie. »

Max Blumenthal : « La police israélienne a abattu un Israélien juif non armé à Jérusalem, Yuval Kastelman, à la suite d’une attaque de militants palestiniens.
Il levait les mains et les suppliait de ne pas tirer.
Aucune chance que cela se soit produit à plus grande échelle le 7 octobre [, n’est-ce pas ?] »

Opération « Déluge d’Al-Aqsa » (7 octobre 2023)

Sources :


Source de la photographie d’en-tête :
Manifestation israélienne du 2 décembre contre Netanyahou pour réclamer la libération des otages


  1. Les Forces de défense d’Israël (צְבָא הַהֲגָנָה לְיִשְׂרָאֵל / Tsva ha-Haganah le-Israël — Israel Defense Forces / IDF) sont couramment désignées par l’acronyme Tsahal (צה"ל). Il s’agit de l’armée de l’État d’Israël. (NdT) 

 

Paramétrage
 Aspect :
Blanc Blanc antique
Noir Gris ardoise foncé