Taïwan démontre que l’Empire américain est un tigre de papier

Taïwan démontre
que l’Empire américain
est un tigre de papier

Par Danny Haiphong

Une publication Black Agenda Report

Guerre Impérialisme Géopolitique Propagande
États-Unis Chine Taïwan
Article

Traduit de l’anglais par EDB () • Langue originale : anglais


Taïwan a longtemps été la raison de l’ingérence dans les affaires de la Chine, mais la dernière en date représente un grand danger pour la nation « tigre de papier ».

*

Mao Zedong a souvent qualifié l’impérialisme des États-Unis de tigre de papier. C’est encore plus vrai aujourd’hui qu’au milieu du XXe siècle, lorsque Mao employait fréquemment cette expression. Peu importe à quel point l’Empire américain devient belliqueux ; sa force est plus une apparence qu’un fait. De la sorte, la violence brutale et l’exploitation sont des signes de faiblesse, et non de légitimité ou de crédibilité. Les récentes manœuvres militaires des États-Unis en relation avec la question de Taïwan sont un signal fort du déclin toujours plus avancé de l’Empire américain.

Taïwan a été un sujet de conversation dans les grands médias étatsuniens tout au long du mois d’octobre. Des titres ont circulé, affirmant que la Chine avait intensifié les tensions militaires en faisant voler des avions militaires au-dessus de la zone d’identification de défense aérienne (ADIZ1) de Taïwan. Cette zone a été définie par les États-Unis après la Seconde Guerre mondiale et n’est pas reconnue par le droit international. En fait, la zone dite ADIZ de Taïwan comprend de grandes parties de la Chine continentale. Cela n’a pas empêché les médias étatsuniens d’attiser les tensions avec la Chine.

Le département de la Défense des États-Unis, sous la direction de Joe Biden, a affirmé sa volonté de menacer de guerre la Chine au sujet de Taïwan. Le porte-parole du Pentagone, John Kirby, a averti la Chine que sa soi-disant « campagne de pression » sur Taïwan exige que les États-Unis intensifient leurs efforts pour « protéger » l’île du « danger ». Quelques jours à peine après le discours de Kirby, des navires de guerre étatsuniens et canadiens ont traversé le détroit de Taïwan dans une démonstration de force militaire conjointe inédite depuis que les États-Unis ont normalisé leurs relations avec la Chine en 1979. Cette intensification flagrante de l’agression militaire est intervenue une semaine à peine après la publication d’informations selon lesquelles les États-Unis auraient passé l’année dernière à déployer secrètement des forces spéciales à Taïwan.

L’Empire américain utilise depuis longtemps Taïwan pour s’immiscer dans les affaires de la Chine. Après avoir apporté un soutien financier et militaire considérable à la guerre brutale menée par le Kuomintang (KMT) contre la révolution communiste de 1949, les États-Unis ont soutenu l’exil du KMT à Taïwan. Ils ont fortement militarisé Taïwan et ont même menacé d’utiliser des armes nucléaires dans le but de saper la révolution chinoise. Plus de deux décennies s’écouleront avant que les États-Unis ne mettent un terme à leurs efforts pour empêcher la République populaire de Chine d’obtenir la pleine reconnaissance des Nations unies, à la place du gouvernement de la « République de Chine » situé à Taïwan. En 1972, les États-Unis ont signé le Communiqué de Shanghai, un document qui stipule la reconnaissance par les États-Unis de Taïwan comme faisant partie de la Chine et indique clairement que les États-Unis cesseront toute tentative d’intervention militaire dans ses affaires.

Le fait que Taïwan fasse partie de la Chine n’est pas controversé en dehors du prisme parasitaire de l’impérialisme étatsunien et occidental. Taïwan a connu des siècles d’incursions coloniales. Cela inclut un demi-siècle de colonialisme japonais qui n’a pris fin qu’après que les forces de résistance chinoises ont sacrifié plus de quinze millions de personnes pour remporter des victoires historiques contre le fascisme pendant la Seconde Guerre mondiale. Le retour de Taïwan à la Chine est donc une victoire importante pour le mouvement anticolonial. Et c’est cette victoire que les États-Unis s’efforcent actuellement de renverser.

L’ancien président des États-Unis Donald Trump et l’actuel président Joe Biden ont apporté un soutien indéfectible au Parti démocrate progressiste (DPP), le parti politique séparatiste au pouvoir à Taïwan. En 2019, Trump a signé la loi TAIPEI qui encourage les États-Unis à faciliter le renforcement des liens entre les organisations internationales et le gouvernement dirigé par les séparatistes de Taïwan. Cette violation flagrante de la politique d’une seule Chine a été suivie par des contrats d’armement militaire d’une valeur de plusieurs milliards. Après que Trump a approuvé des ventes d’armes à Taïwan pour un montant de 1,8 milliard de dollars à la fin de son mandat, M. Biden a approuvé des transferts d’armes militaires à Taïwan pour un montant supplémentaire de 750 millions de dollars, dont 40 systèmes d’obusiers automoteurs moyens M109A6. Ces manœuvres soutiennent le gouvernement de Taïwan orienté vers l’Occident et dirigé par la présidente Tsai Ing-wen, une fervente séparatiste qui a ouvertement qualifié Taïwan de « dynamiquement démocratique, et occidentale ».

L’ingérence des États-Unis dans les relations de la Chine avec Taïwan a eu un impact profond sur l’opinion publique étatsunienne. Plus de la moitié des Américains sont désormais favorables à une intervention militaire des États-Unis à Taïwan. Bien entendu, le sondage réalisé par le Chicago Council on Global Affairs2 a ajouté « si la Chine envahit » à la question pour susciter un effet anti-chinois. Il n’est pas surprenant que ce sondage encourage la propagande selon laquelle la Chine pourrait envahir sa propre province. Le Chicago Council on Global Affairs est financé en grande partie par la Pritzker Foundation. L’énorme richesse de la famille Pritzker provient non seulement de l’hôtel Hyatt, mais aussi de ses liens profonds avec les profiteurs de guerre et la CIA.

Taïwan est l’expression la plus claire de l’agenda des États-Unis visant à réaffirmer le néocolonialisme en Asie-Pacifique comme moyen de contrer la montée en puissance de la Chine. Cependant, les tentatives d’intimidation contre la Chine au sujet de Taïwan n’ont aucun objectif final qui est légitime. La Chine ne s’inclinera pas devant les affirmations selon lesquelles Taïwan est un « pays indépendant », puisque le droit international ne reconnaît rien de tel. Les États-Unis doivent réfléchir longuement avant de s’engager dans une escalade militaire avec la Chine. Malgré un énorme transfert de ressources militaires US vers le commandement Indo-Pacifique, les stratèges de guerre comme les profiteurs subiraient de lourdes pertes en cas de conflit direct avec l’armée chinoise high-tech dotée d’une dissuasion nucléaire.

Contrairement à la première guerre froide, l’Empire américain est en déclin accéléré. La misère économique est tout ce que l’Empire américain a à offrir à la grande majorité de l’humanité. La politique militaire des États-Unis ne contribue qu’à la mort, à la destruction et au déplacement de populations. La politique intérieure des États-Unis est embourbée dans la stagnation et n’a pas la capacité de s’attaquer aux problèmes fondamentaux de la classe ouvrière et des opprimés. Le tigre de papier qu’est l’Empire américain est en train d’être déchiré par ses propres contradictions. La crise est la seule caractéristique stable qui reste de la soi-disant domination de l’Empire américain.

La Chine ne connaît pas de tels problèmes. Son gouvernement a fait preuve d’un respect constant du droit international à l’égard de Taïwan. L’économie socialiste stable et prospère de la Chine a éliminé l’extrême pauvreté et contenu le COVID-19. Ces seules réalisations ont conféré au modèle socialiste chinois un immense prestige, tant auprès du peuple chinois que des peuples du Sud. Malgré tout, l’Empire américain reste dangereux, précisément parce que son désespoir exige l’escalade d’une nouvelle guerre froide qui menace d’entraîner une confrontation entre deux puissances nucléaires.

Taïwan n’est qu’une pièce de l’échiquier imaginé par les États-Unis pour miner la Chine et empêcher ainsi le monde de suivre un parcours historique libre de toute domination impérialiste. Quiconque se dit « de gauche » serait stupide de suivre le tigre de papier impérialiste dans un piège de sa propre fabrication en ce qui concerne Taïwan ou tout autre élément de la nouvelle guerre froide des États-Unis contre la Chine. Pourtant, c’est exactement ce qui s’est passé. La majeure partie de la « gauche » a abdiqué sa responsabilité de s’opposer à l’impérialisme étatsunien et partage donc avec la droite la responsabilité de l’hostilité des États-Unis envers la Chine. L’ingérence des États-Unis dans les affaires de la Chine concernant Taïwan devrait au contraire être considérée comme une occasion d’inverser ce cours dangereux et de placer l’exigence du respect du droit international par les États-Unis au premier plan du mouvement.

Sources :


Source de la photographie d’en-tête : 人民画报
被称为纸老虎的美国,1950年8月的《人民画报》。
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:1950-08-Paper_Tiger.png
[ Public domain ]


  1. Air Defense Identification Zone (NdT) 

  2. Conseil de Chicago sur les affaires mondiales (NdT) 

 

Paramétrage
 Aspect :
Blanc Blanc antique
Noir Gris ardoise foncé