Que cache la France au Sahel ?

Que cache la France
au Sahel ?

Par Clinton Nzala

Une publication MintPress News

Démocratie Terrorisme Ingérence Impérialisme Colonialisme
Mali Haïti Rwanda France Sahel Afrique de l’Ouest Occident
Article

Traduit de l’anglais par EDB () • Langue originale : anglais


Réexaminer et recalibrer sa politique étrangère envers l’Afrique est quelque chose qui peut ne pas plaire à la France en ce moment, mais c’est quelque chose qui doit être fait.

*

BAMAKO, MALI — Le 8 octobre, Choguel Maïga, le Premier ministre du Mali, a audacieusement informé le monde que son ancienne puissance coloniale, la France, parrainait des terroristes dans la région nord du pays. Devant des dizaines de caméras et de microphones, il a expliqué comment l’armée française avait établi une enclave dans la ville de Tidal, dans le nord du pays, et l’avait confiée à des groupes terroristes bien connus. La révélation était choquante, non seulement en raison de la gravité de l’accusation, mais aussi parce que, par le passé, les dirigeants d’Afrique de l’Ouest se sont rarement opposés aussi ouvertement au gouvernement français. C’est un enchaînement d’événements qui couvait en arrière-plan depuis des semaines qui a déclenché cette nouvelle querelle.

Le 2 octobre, la BBC britannique a publié un article dont le titre est « Le Mali prévoit de remplacer les troupes françaises par des mercenaires russes, ce qui déstabilise le Sahel ». L’organe de presse en difficulté a ensuite affirmé : « Les discussions du Mali avec la société militaire privée russe controversée, le Groupe Wagner, suscitent une profonde inquiétude au niveau international. »

Scène après une attaque terroriste à Gao, au Mali, le 13 nov. 2018

Nous avons tous compris que lorsque les médias occidentaux utilisent l’expression « communauté internationale », ils se réfèrent simplement aux États-Unis et à leurs complices européens, comme la France. Ainsi, à Addis-Abeba, siège de l’Union africaine, ou au siège de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), les discussions du Mali avec le Groupe Wagner n’ont suscité absolument aucune inquiétude. Même au Mali, la majorité des citoyens et des acteurs politiques ont salué la possibilité que la société de sécurité russe se joigne à la lutte contre les groupes terroristes dans le nord du pays. Pourquoi ? Eh bien, les Maliens estiment que le Groupe Wagner est nettement plus neutre que la France, un pays qu’ils accusent d’avoir ses propres intérêts politiques et économiques dans le conflit.

L’habit ne fait pas le moine

Les manifestations anti-françaises ne manquent pas au Mali depuis quelques années, signe du mécontentement des citoyens face à la présence de troupes étrangères dans leur pays. Une partie de la société est allée jusqu’à qualifier la situation d’occupation. C’est pourquoi le remplacement de l’armée française par une société de sécurité russe n’a suscité que des inquiétudes à Paris. Mais pourquoi ? Pourquoi le gouvernement français s’inquiéterait-il de la possibilité que le Groupe Wagner se joigne à la lutte contre les groupes terroristes au Sahel ? Si la France était effectivement soucieuse de vaincre ces groupes armés, son gouvernement aurait dû être heureux d’apprendre que d’autres mains allaient bientôt se joindre à la bataille, en particulier celles d’une société militaire expérimentée dans la conduite d’opérations antiterroristes.

La ministre française des Armées, Florence Parly

Au lieu de cela, la France a piqué une crise de colère, jetant tous ses jouets hors de leurs sacs. Les responsables français ont menacé de retirer leurs troupes de la région et de cesser de fournir une aide aux forces armées maliennes. Florence Parly, l’actuelle ministre française des Armées et ancienne membre du Parti socialiste, a déclaré avec arrogance aux journalistes que son pays ne « cohabitera pas avec les mercenaires russes ». Eh bien, quelqu’un doit dire à la ministre qu’en Afrique, les invités ne peuvent pas décider avec qui ils partagent la maison ; seul l’hôte se réserve ce droit.

Il n’est pas difficile de comprendre pourquoi la France réagit de la sorte. Dans mon village, sur les rives du plus long fleuve d’Afrique, le Zambèze, on dit : « Seule une sorcière est troublée par l’arrivée d’un chasseur de sorcières dans le village ».

Si je disais que je suis surpris par la réaction de la France, je mentirais. L’Africain moyen sait parfaitement que la soi-disant lutte de la France contre le « terrorisme » au Sahel n’a rien à voir avec la protection de la vie des habitants de la région, mais tout à voir avec la protection de ses intérêts. Ces intérêts remontent à la période sombre où la région était dirigée d’une main de fer depuis Paris. Seule la naïveté permet de croire que le gouvernement français est prêt à débourser des milliards de francs et à risquer la vie de ses citoyens pour protéger la vie des Noirs à des milliers de kilomètres de là.

Des droits bafoués de Paris à Marseille et au-delà

Si la France est amoureuse des Africains, pourquoi n’exprime-t-elle pas d’abord son affection aux citoyens français d’origine africaine ? Vingt et un ans après le début du nouveau millénaire, les Noirs vivant en France continuent d’être traités comme des citoyens de seconde zone. Le plus souvent, ces âmes sont entassées dans les ghettos de Paris ou de Marseille, dans les conditions d’une vie sordide avec peu ou pas de services sociaux à leur disposition, et sont soumises au racisme et au harcèlement des agents de sécurité sans autre raison que de ne pas paraître « assez français ». Pourquoi ne pas d’abord aider les Africains en Libye qui sont retenus comme des esclaves dans des lieux de torture infernaux dirigés par des bandits armés financés par l’Union européenne ?

L’ancien président haïtien Jean-Bertrand Aristide a insisté pour que la France ouvre des discussions avec Haïti afin de rembourser l’argent extorqué au pays après son indépendance en 1804. Aristide a été déposé lors de deux coups d’État distincts (1991 et 2004). Les deux fois, il a été contraint à l’exil.

Que dire à propos du paiement de la France à Haïti pour avoir forcé le petit pays des Caraïbes à rembourser ses anciens colons esclavagistes et leurs descendants après la révolution haïtienne ? Ce montant total n’a pas été payé avant 1947 et, en valeur actuelle, s’élève à plus de 28 milliards de dollars, selon l’économiste français Thomas Piketty, ou à plus de 260 milliards de dollars si un taux d’intérêt annuel de 3 % était appliqué. En 2015, juste avant son voyage en Haïti, le président français a déclaré : « Quand je viendrai en Haïti, je réglerai, pour ma part, la dette que nous avons. » Ses collaborateurs se sont empressés de préciser que la dette en question n’était pas monétaire, mais « morale ». Dans la relation entre la France et Haïti, cependant, aucune des deux dettes n’a été réglée.

En ce qui concerne le Mali, la France ne jouera pas franc jeu, car la seule préoccupation de Paris est que l’arrivée d’autres acteurs dans ce pays africain dilue sa propre influence et le monopole dont jouissent les entreprises françaises dans la région. Tous les autres Africains et leurs descendants touchés par le projet colonial et néocolonial français doivent se débrouiller seuls.

« Celui qui vous nourrit, vous contrôle. » — Ancien président du Burkina Faso, Thomas Sankara

L’attitude de la France montre également la gueule de bois coloniale profondément enracinée dont elle continue de souffrir plusieurs décennies après avoir perdu ses colonies en Afrique de l’Ouest. Paris se considère toujours avec arrogance et horreur comme le propriétaire et le shérif autoproclamé de l’Afrique de l’Ouest ; par conséquent, toute autre partie qui souhaite s’aventurer dans la région doit demander sa permission et sa bénédiction, une mentalité qui, au cours des cinq dernières décennies, a conduit à de nombreux bains de sang et atrocités commis par les laquais de la France dans ses anciennes colonies. Ces tragédies incluent le meurtre brutal de héros révolutionnaires panafricanistes tels que Thomas Sankara et d’autres leaders qui ont signé leur acte de décès en refusant simplement de se prosterner devant le trône de l’impérialisme français.

Une histoire très tourmentée en Afrique

La Flamme de l’Espoir brûle lors d’un événement officiel de Kwibuka. Au Rwanda. Kwibuka signifie « se souvenir ». Il décrit la commémoration annuelle du génocide de 1994 contre les Tutsis au Rwanda. Le thème de Kwibuka 2021 était « Se souvenir, s’unir, se renouveler ».

Le rôle de la France dans le renversement des dirigeants africains et leur remplacement par des dictateurs, comme le Gabonais Omar Bongo, est bien documenté. Cela a commencé avec la première intervention militaire au Gabon en 1964, lorsque des parachutistes français ont aidé le président de l’époque, Léon Mba, à écraser brutalement une tentative de renversement par un groupe de jeunes officiers militaires. Ces soldats avaient brièvement pris le pouvoir en réponse au mécontentement croissant de la population à l’égard de la direction de Mba. Au cours des quatre décennies suivantes, la France participera directement ou indirectement au renversement ou à l’installation de gouvernements dans différents pays africains, tels que le Niger, le Tchad, la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, la République centrafricaine et la République démocratique du Congo, entre autres. Paris a même déployé des troupes au Rwanda en 1994 dans le cadre de l’opération Turquoise, qui a permis de soutenir les forces gouvernementales hutues pendant le génocide dans ce petit pays africain. Après avoir établi une zone de contrôle, les responsables militaires français ont autorisé la Radio télévision libre des Milles Collines à émettre depuis Gisenyi. Une émission de radio encourageait « les filles hutues à se laver et à mettre une belle robe pour accueillir nos alliés français. Les filles tutsies sont toutes mortes, alors vous avez votre chance ».

Les gouvernements français successifs ont souvent affirmé que ces interventions avaient pour but de maintenir ou de stabiliser la démocratie. Cependant, si l’on en croit les alliés passés et actuels de la France, cette affirmation est tout à fait risible. La liste des amis choisis par Paris en Afrique est jonchée de dictateurs cruels et corrompus tels que Blaise Compaoré (Burkina Faso), Mobutu Sese Seko (République démocratique du Congo) et Omar Bongo (Gabon), des individus qui ont non seulement saigné à blanc les caisses de leur pays, mais ont également commis des atrocités inimaginables en matière de droits de l’homme sous le nez, ou avec la bénédiction explicite, du gouvernement français.

La politique étrangère à double visage de la France en Afrique de l’Ouest a encore été exposée en février 1996, lorsque le premier gouvernement démocratiquement élu du Niger a été renversé par les militaires. Au lieu d’apporter son soutien au président déchu Mahamane Ousmane, les responsables parisiens ont choisi d’observer la situation depuis le bord du chemin, malgré la présence d’une base militaire dans le pays. Cette décision a été perçue comme un signe d’approbation du coup d’État.

La même France qui prétend être en Afrique pour s’assurer que les « indigènes » puissent profiter pleinement des avantages de la démocratie occidentale a, à deux reprises dans les années 1990, ordonné à ses troupes stationnées au Gabon de se joindre aux troupes d’Omar Bongo pour écraser violemment les manifestants pro-démocratie. Dans ce cas, des milliers de personnes étaient descendues dans la rue pour protester contre les résultats d’une élection contestée. Paris continue également de fréquenter des autocrates tels que le Camerounais Paul Biya, qui a fait du pays son fief personnel qu’il dirige d’une main de fer depuis 1982.

En tant que défenseur autoproclamé de la démocratie en Afrique, la France a certainement un choix étrange de partenaires. Si l’on se réfère à la longue liste des activités louches de Paris dans la région, comment peut-on rejeter les affirmations du gouvernement malien selon lesquelles la France sponsorise et arme des groupes terroristes, déstabilisant ainsi la région ? Au lieu de proférer des menaces, la meilleure façon pour le gouvernement français de se disculper est d’être plus transparent dans ses activités au Sahel. Paris devrait également comprendre que les organisations régionales et continentales telles que l’Union africaine et la CEDEAO sont capables de gérer le conflit au Sahel.

S’occuper de ses affaires

Malgré les réticences que certains étrangers peuvent avoir à l’égard des organisations africaines dans la résolution des conflits internes, la mission de l’Union africaine en Somalie a démontré sans équivoque ses capacités contre Al Shabaab. Parallèlement, les forces en attente de la Communauté de développement de l’Afrique australe (CDAA), dirigées par le Rwanda, le Botswana et l’Afrique du Sud, ont obtenu des résultats encore meilleurs dans la lutte contre les insurgés dans la région de Cabo Delgado au Mozambique. Ces résultats ont été obtenus avec moins de 10 % des ressources que Paris a dépensées dans le conflit du Sahel sans aucun résultat notable.

Il est grand temps que le monde accepte le fait que les Africains sont capables de résoudre leurs propres problèmes.

Conclusion

La situation dans la région du Sahel reste une source de préoccupation et nécessite des solutions durables. Ces solutions doivent toutefois provenir des rues d’Addis-Abeba, de Bamako, de Nouakchott, de N’Djamena et de Dakar, et non des couloirs gouvernementaux et des banlieues de Paris ou de Bruxelles. La querelle entre Bamako et Paris devrait servir de révélateur à cette dernière : l’époque où l’on aboyait des ordres aux anciennes colonies est révolue, finie.

La France doit maintenant se rendre compte que si l’ancienne génération d’Africains a pu se plier à ses machinations dans la région, elle a maintenant affaire à une nouvelle génération d’Africains, des gens qui ne veulent pas se plier passivement à une ancienne puissance impériale. C’est une génération qui ne laissera pas l’Occident ou une autre puissance choisir ses ennemis ou ses amis.

« Tout doit changer », chantait le regretté et légendaire trompettiste, compositeur et chanteur sud-africain Hugh Masekela dans sa chanson à succès intitulée « Change ». Le temps du changement dans la façon dont l’Afrique de l’Ouest mène ses affaires est également venu et, bien que le processus de changement puisse être douloureux et incertain, il est inévitable.

Réexaminer et recalibrer sa politique étrangère envers l’Afrique est quelque chose qui peut ne pas plaire à la France en ce moment, mais c’est quelque chose qui doit être fait. Il est indéniable qu’il y aura toujours une relation forte entre la France et ses anciennes colonies et, bien qu’il n’y ait rien de mal à cette réalité, la nouvelle relation doit être construite sur le respect mutuel, et ne pas être celle du maître et du serviteur.

Sources :


Sources des photographies dans le texte :

 

Paramétrage
 Aspect :
Blanc Blanc antique
Noir Gris ardoise foncé