Le mensonge des « boucliers humains » a été débunké de façon concluante et irréfutable

Le mensonge des
« boucliers humains »
a été débunké
de façon concluante et irréfutable

Par Caitlin Johnstone


Propagande Terrorisme Guerre Droits de l’homme
Palestine Israël
Article

Traduit de l’anglais par EDB () • Langue originale : anglais


Israël n’est pas « forcé » de tuer des enfants palestiniens ; il choisit sciemment de le faire.

*

L’un des aspects, qui n’est pas suffisamment pris en compte, des récentes révélations sur le système d’intelligence artificielle Lavender de Tsahal est le fait qu’il est complètement dévastateur pour le narratif selon lequel Israël a tué tant de civils à Gaza parce que le Hamas utilise des « boucliers humains ».

Si vous avez manqué cette histoire, un article important de +972 Magazine a révélé qu’Israël a utilisé un système d’intelligence artificielle appelé Lavender pour établir des listes de personnes soupçonnées d’appartenir au Hamas et au Jihad islamique palestinien, listes qui ont été appliquées sans aucune vérification humaine. Un système automatisé, baptisé de manière psychopathique « Où est Papa ? », traque chaque suspect jusqu’à son domicile afin de le tuer avec toute sa famille. Tsahal a sciemment assassiné 15 à 20 civils à la fois pour abattre un agent subalterne du Hamas, et jusqu’à 100 civils à la fois pour éliminer un haut responsable.

Yuval Abraham, de +972, écrit ce qui suit :

« De plus, l’armée israélienne a systématiquement attaqué les personnes ciblées alors qu’elles se trouvaient chez elles — généralement la nuit, en présence de toute leur famille —, plutôt qu’au cours d’une activité militaire. Selon les sources, cela s’explique par le fait que, du point de vue du renseignement, il est plus facile de localiser les individus dans leurs maisons privées. D’autres systèmes automatisés, dont celui appelé “Où est Papa ?” et également révélé ici pour la première fois, ont été utilisés spécifiquement pour suivre les individus ciblés et effectuer des bombardements lorsqu’ils étaient entrés dans leurs résidences familiales. »

(Un autre article de +972, écrit par Abraham en novembre, a révélé que les systèmes d’intelligence artificielle de Tsahal garantissent que l’armée israélienne est parfaitement consciente de chaque enfant qu’elle va tuer lors de chaque frappe aérienne, et qu’elle vise délibérément les infrastructures civiles.)

Tom Studans : « Un système de ciblage appelé “Où est Papa ? ” est l’une des preuves prima facie les plus solides, que le monde ait jamais vues, d’une intention génocidaire. »
David Austin Walsh : « J’en ai vraiment marre des gens qui continuent d’insister en affirmant que l’IDF ne cible pas délibérément les civils. »
Texte joint : « De plus, l’armée israélienne a systématiquement attaqué les personnes ciblées alors qu’elles se trouvaient chez elles — généralement la nuit, en présence de toute leur famille —, plutôt qu’au cours d’une activité militaire. Selon les sources, cela s’explique par le fait que, du point de vue du renseignement, il est plus facile de localiser les individus dans leurs maisons privées. D’autres systèmes automatisés, dont celui appelé “Où est Papa ?” et également révélé ici pour la première fois, ont été utilisés spécifiquement pour suivre les individus ciblés et effectuer des bombardements lorsqu’ils étaient entrés dans leurs résidences familiales. »

Lorsqu’il a été interrogé sur ces systèmes par +972, le porte-parole de Tsahal a répondu que « le Hamas place ses agents et ses ressources militaires au cœur de la population civile, utilise systématiquement la population civile comme bouclier humain et mène des combats à l’intérieur de structures civiles, y compris des sites sensibles tels que des hôpitaux, des mosquées, des écoles et des installations de l’ONU. L’IDF1 est soumis au droit international et agit conformément à celui-ci, en dirigeant ses attaques uniquement contre des cibles militaires et des agents militaires ».

Le narratif des « boucliers humains », devenu si populaire dans l’apologie d’Israël, insiste sur le fait que la raison pour laquelle Tsahal tue tant de civils lors de ses attaques contre Gaza est que le Hamas s’entoure intentionnellement de non-combattants dans le cadre d’une stratégie visant à rendre les innocents Israéliens réticents à lâcher des bombes sur eux. Mais, comme Ryan Grim de The Intercept l’a récemment fait remarquer sur Twitter, cet argument est solidement réfuté par la révélation qu’Israël attend intentionnellement de viser les membres présumés du Hamas quand il sait que ceux-ci seront entourés de civils.

« L’argument d’Israël selon lequel il tue tant de civils parce que le Hamas utilise des “boucliers humains” est mis à mal par la révélation que l’IDF préfère attaquer ses “cibles” lorsqu’elles sont chez elles avec leurs familles », a tweeté Grim. « Ce n’est pas le Hamas qui utilise des boucliers humains, c’est Israël qui chasse délibérément des familles. »

« Un bouclier humain n’est un bouclier que si votre ennemi accorde de l’importance à la vie humaine et cherche à minimiser le nombre de morts parmi les civils », ajoute Grim. « Israël maximise délibérément le nombre de civils qu’il peut tuer en attendant qu’une cible soit avec toute sa famille. Les Palestiniens ne sont pas des boucliers pour Israël ; ils sont tous des cibles. »

Debunking de la justification israélienne du « bouclier humain » dans le massacre de Gaza
[Empire Files — May 19, 2021]

Il s’agit là d’un point très important. Les défenseurs de la Palestine comme Abby Martin présentent depuis des années des arguments convaincants contre les allégations d’Israël concernant les « boucliers humains », et le bon sens montre que la présence de civils n’est clairement pas un moyen de dissuasion contre les frappes aériennes israéliennes ; mais, grâce à ces révélations de +972, le mensonge est maintenant complètement et irréfutablement débunké. Les civils ne sont pas tués parce que le Hamas se cache derrière eux ; les civils sont tués parce que Tsahal attend que des membres présumés du Hamas se trouvent à proximité de civils pour les viser avec des explosifs militaires de forte puissance.

Une citation populaire attribuée à l’ancienne Première ministre israélienne Golda Meir dit : « Un jour, nous pourrons peut-être pardonner aux Arabes d’avoir tué nos enfants, mais nous ne leur pardonnerons jamais de nous avoir obligés à tuer leurs enfants. » Ces propos reviennent sans cesse sous diverses formes, approuvés par les défenseurs d’Israël dans le monde entier, comme s’il s’agissait d’une phrase sage et brillante plutôt que d’une horrible justification de l’assassinat d’enfants. Mais, il s’avère que cette citation moralement dépravée n’est même pas vraie selon l’interprétation la plus généreuse : Israël n’est pas « forcé » de tuer des enfants palestiniens ; il choisit sciemment de le faire.

L’histoire des « boucliers humains » n’est qu’un exemple de plus dans lequel Israël prétend être la victime (l’agressé) alors qu’il est en réalité le bourreau (l’agresseur). Ils ont menti sur les bébés décapités… pour pouvoir s’en tirer en assassinant des bébés. Ils ont menti sur les viols de masse… pour pouvoir s’en tirer en commettant des viols. Ils ont menti sur l’utilisation par le Hamas des civils comme boucliers humains… pour pouvoir tuer des civils. Ils mentent sur leur condition de victimes… pour pouvoir faire des victimes.

Sources :


Sources de l’illustration d’en-tête :


  1. Les Forces de défense d’Israël (צְבָא הַהֲגָנָה לְיִשְׂרָאֵל / Tsva ha-Haganah le-Israël — Israel Defense Forces / IDF) sont couramment désignées par l’acronyme Tsahal (צה"ל). Il s’agit de l’armée de l’État d’Israël. (NdT) 

 

Paramétrage
 Aspect :
Blanc Blanc antique
Noir Gris ardoise foncé