La fabrication de Lina Hidalgo : de la pouponnière du Parti démocrate à la reine de l’hystérie Omicron

La fabrication de Lina Hidalgo :
de la pouponnière du Parti démocrate
à la reine de l’hystérie Omicron

Le COVID‑19 et la retructuration de la société • 1re partie

Par Dan Cohen

Une publication MintPress News

COVID-19 Pandémie Démocratie Dissidence Politique Corruption Propagande Médias
États-Unis Occident
Article

Traduit de l’anglais par EDB () • Langue originale : anglais


Cette première partie d’une série d’enquêtes menées par Dan Cohen révèle que, malgré son image de progressiste et d’outsider politique, la juge du comté de Harris, Lina Hidalgo, est l’initiée par excellence et travaille avec les milliardaires pour écraser la classe ouvrière et les pauvres, et inaugurer un nouvel état technocratique de biosécurité.

*

HOUSTON — Dans l’après-midi du 20 décembre, la juge Lina Hidalgo, première élue du comté de Harris, au Texas, a tenu une conférence de presse pour annoncer ce qu’elle prétend être le premier décès dans le comté dû au variant Omicron du COVID-19. Ce fut un moment sous les feux des projecteurs nationaux pour cette démocrate de 30 ans qui, depuis son adolescence, a gravi les échelons des institutions élitistes et tissé des liens avec l’État de sécurité nationale. Ces connexions, ainsi que ses liens étroits avec une opération d’influence très sophistiquée d’un milliardaire, révélés en détail dans cette enquête, allaient s’avérer essentielles dans la formulation par Hidalgo du COVID-19 et d’autres politiques.

« Nous venons d’avoir notre premier décès causé par Omicron », a-t-elle annoncé, tandis que des gémissements et des halètements s’échappaient de derrière les masques. Hidalgo a ensuite déclaré qu’elle relevait une nouvelle fois le niveau de menace COVID du comté de Harris — un système de code couleur emprunté au dispositif d’alerte terroriste de l’ère Bush — à Orange, le deuxième niveau d’alerte le plus élevé. Malgré les symptômes bénins d’Omicron, Hidalgo a exhorté le public à se faire vacciner, considérant que c’était le seul moyen d’éviter une vague d’hospitalisations qui mettrait à mal le système de santé. « Nous ne savons pas combien de ces premiers cas se transformeront en hospitalisations. Nous savons que le vaccin et le rappel permettront de maintenir ce nombre à un niveau très bas, et c’est vraiment notre solution », a-t-elle déclaré.

Les alertes COVID du comté de Harris rappellent les alertes terroristes de l’ère Bush.

Quelques heures plus tard, Hidalgo a publié un tweet affirmant que le défunt n’était pas simplement mort avec Omicron, mais que ce variant récemment découvert était la cause de sa mort.

Lina Hidalgo : « J’ai le regret de vous annoncer le premier décès local dû au variant Omicron du COVID-19. Il s’agit d’un homme d’une cinquantaine d’années de la partie est du comté de Harris qui n’était pas vacciné. S’il vous plaît, faites-vous vacciner et renforcez-vous. »

Le tweet de l’une des étoiles montantes du Parti démocrate a déclenché une frénésie dans les médias grand public et sur les réseaux sociaux. Les Centres de contrôle et de prévention des maladies ayant annoncé quelques heures auparavant qu’Omicron avait remplacé Delta en tant que variant le plus courant dans le pays, la déclaration d’Hidalgo a semblé confirmer les spéculations répandues selon lesquelles le variant nouvellement détecté et beaucoup plus contagieux était au moins aussi mortel que ses prédécesseurs. Dans tous les États-Unis, les files d’attente pour les tests COVID s’enroulaient autour des pâtés de maisons, tandis que les Américains inquiets envisageaient d’annuler leurs projets de vacances, alors qu’un long hiver d’isolement, d’anxiété et de mort les attendait.

Cependant, comme cette enquête va le montrer, l’affirmation trompeuse d’Hidalgo selon laquelle Omicron a causé la mort de l’homme du Texas n’est pas seulement fausse : elle a servi à générer la peur dans le grand public. C’est le dernier chapitre de la restructuration du comté de Harris selon les désirs de milliardaires assoiffés de pouvoir et d’armées de consultants d’entreprise de New York et de Washington, avec l’image progressiste d’Hidalgo comme feuille de vigne.

« Un hiver de maladies graves et de décès »

Le 1er décembre, dès que le premier cas d’Omicron a été détecté aux États-Unis, les personnalités de l’establishment et les médias ont commencé à intensifier agressivement leur campagne de la peur. Selon eux, les mois à venir allaient s’aggraver à cause de la minorité d’Américains qui ne s’est pas fait vacciner.

« Pour ceux qui ne sont pas vaccinés, vous préparez un hiver de maladies graves et de décès pour vous-mêmes, vos familles et les hôpitaux que vous risquez de submerger », a déclaré Jeff Zients, coordinateur de la réponse au COVID-19 à la Maison-Blanche, lors d’un point presse téléphonique, le 17 décembre.

Le présentateur de NBC News, Lester Holt, a demandé à l’administrateur de la santé publique, Vivek Murthy, si les Américains devaient « s’auto-confiner, [c’est-à-dire] commencer à changer notre mode de vie et à faire marche arrière sur tous les fronts ».

Le Dr Anthony Fauci, conseiller médical en chef de la Maison-Blanche, a déclaré à CNN qu’Omicron entraînera un nombre record de cas de COVID, d’hospitalisations et de décès. Dans une interview accordée à MSNBC, le Dr Fauci a conseillé aux auditeurs de rejeter les personnes non vaccinées lors d’événements familiaux. « Je leur dirais : “Je suis vraiment désolé, mais pas cette fois-ci ; peut-être une autre fois, quand tout sera terminé” », a-t-il déclaré.

L’épidémiologiste à scandale Neil Ferguson, de l’Imperial College du Royaume-Uni, dont les prévisions de mars 2020 ont surestimé d’un facteur d’au moins quatre le nombre de morts imminentes et ont servi de base académique à des confinements écrasants aux États-Unis et au Royaume-Uni, a publié un rapport largement cité affirmant qu’il n’y a « aucune preuve qu’Omicron est moins grave que Delta ». Cependant, le rapport est basé sur seulement 24 hospitalisations de patients suspectés d’avoir le variant Omicron, sans un seul cas confirmé.

Selon le Telegraph, Ferguson et son équipe « ont enfreint une règle cardinale en déduisant des taux d’hospitalisation, de maladie grave et de décès à partir d’anticorps en déclin, et en extrapolant à partir d’infections qui franchissent la première ligne de défense vaccinale ».

« C’est de la mauvaise science et je pense qu’ils sont irresponsables. Ils ont le devoir de refléter les risques réels, mais ce n’est que pour faire les gros titres », a commenté le Dr Clive Dix, ancien président de la Vaccine Task Force du Royaume-Uni.

Les scientifiques du gouvernement britannique du Groupe scientifique sur la modélisation de la grippe pandémique, sous-groupe opérationnel (Scientific Pandemic Influenza Group on Modelling, Operational sub-group / SPI-M-O), qui rend compte au Groupe consultatif scientifique pour les urgences (Scientific Advisory Group for Emergencies / SAGE), ont présenté des scénarios selon lesquels la propagation d’Omicron pourrait entraîner entre 3 000 et 10 000 hospitalisations et entre 600 et 6 000 décès par jour. Interrogé à ce sujet, Graham Medley, le président du SAGE, a déclaré qu’il ne s’agissait pas de prédictions, mais seulement des scénarios les plus pessimistes au cas où le variant Omicron s’avérerait aussi mortel que Delta.

Des documents ont révélé que le SAGE a été conseillé par des spécialistes du comportement sur la manière d’effrayer le public britannique pour qu’il accepte les restrictions. La section sur la persuasion indique que « le niveau de menace personnelle perçu doit être augmenté parmi ceux qui sont complaisants, en utilisant des messages émotionnels percutants ». Un autre document préconise d’utiliser « les médias pour accroître le sentiment de menace personnelle ». La stratégie de communication du gouvernement britannique a également fait appel à la 77e Brigade, la branche de l’armée qui mène la guerre de l’information.

Malgré les lacunes factuelles et le recours à des stratégies militaires de guerre de l’information, ces affirmations alarmistes ont une fois de plus inspiré toute une série de restrictions dans l’ensemble de l’hémisphère nord, notamment des confinements au Canada, en Allemagne, au Portugal, en Finlande, en Espagne, en France et aux Pays-Bas.

Alors que les responsables de la santé publique ont réclamé davantage de restrictions, les capitaines du capitalisme mondial se sont mis de la partie — peu importe leur manque d’expertise médicale. Le milliardaire Bill Gates a averti que « nous pourrions entrer dans la pire partie de la pandémie » et qu’« Omicron nous touchera tous ». La banque d’investissement Credit Suisse a déclaré que les États-Unis et une grande partie de l’Europe devront probablement adopter des « mesures de confinement rigoureuses » cet hiver.

Capitalisant sur le climat de peur accru, des villes américaines comme Washington, Boston et Chicago ont toutes annoncé des régimes et des mandats de passeport vaccinal, la maire de Chicago, Lori Lightfoot, rendant explicite la nature punitive de ces mesures coercitives. « Si vous avez vécu sans vaccin, votre temps est écoulé », a-t-elle écrit sur Twitter.

Mayor Lori E. Lightfoot : « Cet ordre restera en vigueur jusqu’à ce que la ville estime que la menace du COVID-19 pour la santé publique a diminué de manière significative. »
Mayor Lori E. Lightfoot : « Pour faire simple, si vous avez vécu sans être vacciné, votre temps est écoulé. Si vous souhaitez vivre votre vie en ayant la possibilité de faire les choses que vous aimez, vous devez vous faire vacciner.
Cet ordre sanitaire peut constituer un inconvénient pour les personnes non vaccinées, et en fait il l’est à dessein. »

L’optimisme Omicron en Afrique du Sud

L’atmosphère de panique aux États-Unis contrastait fortement avec la situation en Afrique du Sud, où Omicron a été détecté pour la première fois et où le nombre d’hospitalisations a chuté depuis. Le médecin de Johannesburg qui a été le premier à signaler le nouveau variant l’a qualifié de « très bénin », ce qui a suscité un optimisme prudent quant au fait qu’Omicron — à la fois très contagieux et extrêmement bénin — rendrait le COVID-19 à peine différent des coronavirus saisonniers qui provoquent des rhumes, mettant ainsi fin à la pandémie.

Une étude plus récente de l’Institut national des maladies transmissibles (National Institute for Communicable Diseases) d’Afrique du Sud était encore plus optimiste. « De manière convaincante, l’ensemble de nos données suggère vraiment un scénario positif de réduction de la gravité d’Omicron par rapport aux autres variants », a déclaré le professeur Cheryl Cohen. La présidente nationale de l’Association médicale d’Afrique du Sud, le Dr Angelique Coetzee, l’un des premiers médecins à avoir traité Omicron, a déclaré à CNN : « Nous avons dépassé la courbe. » « Je suis extrêmement optimiste », a commenté Shabir Madhi, professeur de vaccinologie à l’université du Witwatersrand à Johannesburg.

Des études menées dans d’autres pays ont depuis confirmé que leur optimisme était justifié. Une étude préliminaire réalisée à Hong Kong a révélé que le variant se réplique 70 fois plus vite que le Delta et semble présenter une « gravité moindre de la maladie ».

Les nouvelles positives en provenance d’Afrique du Sud ont incité le président russe Vladimir Poutine à mettre en garde contre toute crainte prématurée, citant des experts qui comparent le variant hautement transmissible à une « vaccination naturelle ».

L’affirmation d’Hidalgo s’effondre

Pourtant, derrière le récit apocalyptique aux États-Unis, se cache une information manipulée visant à accroître la peur, à encourager la vaccination et à susciter de l’antipathie à l’égard de ceux qui refusent de se faire vacciner.

Une heure après la déclaration d’Hidalgo, le département de santé publique du comté de Harris a publié un tweet vaguement formulé qualifiant le décès de « première mort liée au variant Omicron du COVID-19 ». Le communiqué de presse publié la veille utilisait un langage tout aussi vague en parlant d’une « mort associée au variant Omicron du COVID-19 ».

Je me suis entretenu par téléphone avec Martha Marquez, du département de Santé publique du comté de Harris, qui a démenti l’allégation d’Hidalgo concernant un décès lié à Omicron. « Nous ne pouvons pas confirmer que le patient est mort du COVID, mais nous pouvons dire qu’il était Omicron positif au moment de son décès », m’a-t-elle dit.

« Donc il est mort avec le COVID, mais vous ne pouvez pas dire qu’il est mort du COVID », ai-je demandé.

« Correct », a-t-elle répondu. « Ces informations proviennent de nos épidémiologistes qui sont ceux qui reçoivent les rapports », a-t-elle ajouté. « Ils doivent mener une enquête très méticuleuse, parce que, vous savez, ils prennent cela très à cœur. Ils me disent qu’ils ne peuvent pas affirmer que le COVID est la cause absolue du décès. »

Dan Cohen : « Les autorités publiques et les médias ont rapporté qu’un homme au Texas est devenu le premier Américain à mourir du variant Omicron. J’ai vérifié auprès du département de la Santé publique du Comté de Harris. Il s’avère que ce n’est pas vrai.
Voici l’audio de mon appel téléphonique. »

L’étiquette « lié à Omicron » du département de la Santé du comté de Harris soulève plus de questions qu’elle n’apporte de réponses. Les qualificatifs « lié » et « associé » peuvent signifier un large éventail de scénarios différents. Par exemple, avec une victime qui a été testée positive au COVID, cela peut de façon absurde être un facteur qui contribue à un suicide, un homicide ou un accident de voiture. Néanmoins, leur déclaration a prouvé qu’Hidalgo n’avait aucune preuve à l’appui de son affirmation concernant le premier décès d’Omicron.

Marquez m’a également informé que le patient souffrait de multiples comorbidités, qu’il était immunodéprimé et qu’il s’était déjà remis du COVID-19 — des détails qu’Hidalgo a refusé de mentionner. Il est beaucoup plus probable que les facteurs déterminants du décès du patient soient le fait qu’il souffrait de multiples comorbidités et qu’il était immunodéprimé.

Selon le CDC, 95 % des décès liés au COVID concernent des patients présentant en moyenne quatre comorbidités. Une étude de l’Institut national de la santé (National Institute of Health) a révélé que « le risque de mortalité associé à au moins une comorbidité combinée était 1 113 fois plus élevé que celui sans comorbidité ».

Le département de Santé publique du comté de Harris n’a pas voulu me dire quelles étaient les conditions sous-jacentes de l’homme, invoquant les règles HIPAA.

Bien qu’Hidalgo et Marquez aient tous deux insisté sur le fait que le patient n’était pas vacciné, il est peu probable que son organisme aurait produit une réponse robuste s’il avait été vacciné. Selon Yale Medicine, « une étude réalisée en mars a montré que seulement 56 % environ des personnes immunodéprimées ont acquis des niveaux de protection suffisants contre le COVID-19 après une deuxième dose d’ARNm (Pfizer ou Moderna) ». Une autre étude a montré que « seuls 25 % des patients ayant subi une transplantation rénale présentaient des anticorps détectables contre la protéine S du SRAS-CoV-2 après une vaccination complète par ARNm. »

En fait, le patient avait contracté le COVID-19 au milieu de l’année 2020 — j’ai demandé des dates précises, mais Marquez a refusé de dire exactement quand —, ce qui soulève la possibilité qu’il ait pu avoir des anticorps.

Dans ce cas, si son organisme avait été capable de produire une réponse immunitaire suffisante, il aurait pu bénéficier d’une immunité naturelle acquise lors d’une infection antérieure. Les recherches suggèrent que les personnes infectées par le COVID-19 peuvent produire des anticorps tout au long de leur vie, ce qui leur confère une immunité « extraordinairement durable ».

En outre, l’homme était âgé de 50 à 60 ans, ce qui le rendait beaucoup plus vulnérable que les groupes d’âge plus jeune.

Alors qu’il aurait été simple pour Lina Hidalgo de publier un correctif — comme toute personnalité publique responsable devant le public devrait chercher à le faire —, elle a refusé de le faire jusqu’à présent, au moment où cet article a été publié. Mes tentatives répétées de joindre son bureau par Twitter, e-mail et téléphone ont été ignorées jusqu’ici.

La chambre d’écho de la désinformation

Dès que Lina Hidalgo a envoyé son tweet affirmant à tort que l’homme du Texas était mort du variant Omicron, des responsables publics et des médias imprudents et crédules ont servi de chambre d’écho nationale de désinformation, semant la panique dans le public.

En particulier, lorsque Brett Baier, de Fox News, a demandé à Rochelle Walensky, directrice du CDC, si l’homme du Texas était effectivement décédé du variant Omicron, elle a répondu par l’affirmative, avant de déclarer : « Nous en apprenons toujours plus sur ce cas. »

Dan Cohen : « Voici la @CDCDirector Rochelle Walensky qui refuse de corriger l’affirmation fausse selon laquelle l’homme du Texas est mort d’Omicron.
Walensky n’a apparemment aucun intérêt à fournir des informations exactes au public, sinon elle aurait enquêté avant d’apparaître à la télévision nationale. »
Dan Cohen : « Les autorités publiques et les médias ont rapporté qu’un homme au Texas est devenu le premier Américain à mourir du variant Omicron. J’ai vérifié auprès du département de la Santé publique du Comté de Harris. Il s’avère que ce n’est pas vrai.
Voici l’audio de mon appel téléphonique. »

À l’instar d’Hidalgo et du département de la Santé du comté de Harris, une multitude de médias — notamment, Newsweek, Business Insider, Fox News, CNN et même Truthout — ont relayé la fausse « déclaration de la mort par Omicron » et ont souligné son absence de vaccination, tout en mentionnant à peine ses comorbidités ou son statut d’immunodéprimé.

Un grand nombre de médias ont relayé la fausse « déclaration de la mort par Omicron » et le statut de non-vaccination de la victime.

Des comptes populaires comme celui d’Eric Feigl-Ding ont fait la promotion du mensonge, suivi par le scénario sans preuve de l’Imperial College. (archivé ici)

Kyle Griffin : « Note importante pour les non-vaccinés qui croient en l’“immunité naturelle” :
Le premier décès lié à Omicron aux États-Unis a été enregistré dans le comté de Harris au Texas lundi soir. L’homme n’était pas vacciné, mais avait déjà été infecté. »

Occupy Democrats : « BRÈVE : Le premier décès dû au variant Omicron COVID-19 est un homme non vacciné du Texas âgé d’une cinquantaine d’années. RT SI VOUS ÊTES EN FAVEUR DE LA VACCINATION OBLIGATOIRE ! »

Les liens d’Hidalgo avec « les puissances en place »

Dans les médias grand public, Hidalgo est toujours décrite de la même manière, ce qui suggère un effort coordonné de relations publiques derrière son ascension. Selon NBC, Hidalgo était une outsider réticente qui n’avait jamais envisagé d’entrer en politique, jusqu’à ce que l’élection de Donald Trump l’oblige à se battre à l’intérieur du système.

Le profil présenté par Politico déclare qu’Hidalgo « n’avait jamais envisagé la politique ».

« Mais ensuite, en 2016, lorsque Donald Trump a été élu président, quelque chose a provoqué un déclic chez Hidalgo. C’était un appel au réveil », lit-on dans un profil de Latina Magazine. « Il serait difficile d’imaginer que cela n’avait pas quelque chose à voir avec les attaques de Trump contre les femmes, contre les Hispaniques, contre les immigrants, contre l’élaboration des politiques en général », a déclaré Hidalgo.

« Je dois faire quelque chose à ce sujet », a-t-elle déclaré à Politico.

Avec une plate-forme progressiste et la promesse d’un véritable changement par rapport au statu quo de la corruption des bons vieux garçons à la texane (Texas-style good-ol’-boy), selon le récit, Hidalgo a séduit une base électorale jeune et de plus en plus diversifiée. Cette histoire de bien-être rappelle l’ascension de la députée Alexandria Ocasio-Cortez — qui a été vendue au public comme une nouvelle venue en politique qui, grâce à une détermination sans faille et au pouvoir du peuple, a choqué la partie establishment du Parti démocrate.

« Je ne suis pas liée aux pouvoirs en place », s’est vantée Hidalgo lors de son meeting après la victoire.

Mais un examen plus approfondi de l’histoire d’Hidalgo révèle que, depuis son adolescence, elle avait été éduquée pour être un agent politique, ayant été formée dans des institutions élitistes et des officines de la CIA tout en forgeant des liens avec des initiés du Beltway et de puissants milliardaires — l’essence même de l’establishment du Parti démocrate duquel elle a tenté d’éloigner son image publique.

En fait, les similitudes entre les histoires d’Ocasio-Cortez et d’Hidalgo ne sont pas fortuites.

Née en Colombie dans une famille aisée, Hidalgo a quitté le pays avec sa famille alors que l’insurrection paysanne des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) menaçait de renverser le gouvernement. Sa famille a vécu au Pérou et à Mexico, où elle a fréquenté ce qu’elle appelle « une école privée internationale chic » avant de s’installer finalement à l’extérieur de Houston, dans la banlieue aisée de Katy, au Texas, lorsqu’elle avait 14 ans.

Comme Ocasio-Cortez, Hidalgo a été préparée à une future carrière politique à l’Institut national hispanique (National Hispanic Institute / NHI), le « producteur internationalement reconnu des leaders latinos de la prochaine génération », fondé et dirigé par Ernesto et Gloria de Leon Nieto.

Le NHI est financé par une longue liste de sociétés, dont BP, Wells Fargo, Facebook, AT&T, State Farm, Boston Consulting Group et le cabinet d’avocats BakerHostetler, entre autres.

« Toute notre gratitude à nos donateurs et sponsors / Un grand merci à nos sponsors »
Source : Rapport annuel 2020 du National Hispanic Institute

Là, elle passait la plupart de ses week-ends à « tout apprendre, de la manière de postuler aux universités à la manière de débattre en tant que membre du National Hispanic Institute ».

« J’ai rejoint le NHI en tant que première année de lycée. Je participais à un concours d’art oratoire et je me souviens avoir beaucoup appris sur la prise de parole en public », se souvient Hidalgo dans une vidéo promotionnelle du NHI. « C’était une partie importante de mon temps au lycée. »

En tant qu’élue, Hidalgo continue d’entretenir une relation avec le NHI. Le 31 décembre 2020, l’institut a nommé Lina Hidalgo comme personne de l’année, la même distinction qu’Ocasio-Cortez a reçue en 2017.

Hidalgo dans l’appareil du changement de régime

En 2009, Hidalgo s’est inscrite à l’université de Stanford, où elle s’est spécialisée en sciences politiques et a étudié « les régimes oppressifs et les États défaillants » grâce à une bourse du Centre pour la démocratie, le développement et l’État de droit (Center for Democracy, Development and the Rule of Law / CDDRL). Elle a étudié sous la tutelle de Larry Diamond et de Francis Fukuyama, deux pionniers du néolibéralisme et anciens fonctionnaires du département d’État, qui ont prédit que la chute de l’Union soviétique signifiait que le capitalisme occidental allait régner en maître de façon permanente. Fukuyama a également été l’un des premiers signataires de la lettre qui préconisait la guerre en Irak et qui était adressée à Bill Clinton par le groupe néoconservateur du Projet pour un nouveau siècle américain (Project for a New American Century).

Hidalgo a également été acceptée dans le programme Stanford in Government (SIG), qui prépare les étudiants à devenir de futurs dirigeants politiques. Étudiante exemplaire dans ce programme, elle s’est vu décerner la prestigieuse bourse Cap and Gown. Hidalgo a progressé au sein du comité des opérations de SIG, devenant directrice de la planification en matière d’expansion, et a été photographiée avec le chroniqueur du New York Times, Thomas Friedman, lorsque celui-ci a donné une conférence sur le coup d’État soutenu par les États-Unis en Égypte, intitulée « Démocratie et énergie : la vision depuis la place Tahrir » (« Democracy and Energy: The View from Tahrir Square »).

« À long terme, les générations d’étudiants compétents exposés à la politique publique et à la politique pendant leurs études de premier cycle auront un impact significatif sur la nation et le monde, quel que soit le secteur qu’ils choisissent pour leur carrière », a écrit Hidalgo dans une publication de SIG du printemps 2011.

Pendant ses études, Hidalgo a passé cinq jours à Washington, D.C., guidée par Fukuyama et Diamond dans des réunions au Centre d’études stratégiques et internationales (Center for Strategic and International Studies), un groupe de réflexion belliciste, à la Banque mondiale, à l’Agence des États-Unis pour le développement international (United States Agency for International Development / USAID) et à la Société du défi du millénaire (Millennium Challenge Corporation / MCC). Parmi les responsables qu’ils ont rencontrés figurent Stephen Hadley, qui a été conseiller du président George W. Bush en matière de sécurité nationale, et Carl Gershman, alors président de la Fondation nationale pour la démocratie (National Endowment for Democracy / NED), une officine de la CIA. Ils ont également parlé avec Michael Shifter, ancien fonctionnaire de la NED et actuel président du Dialogue interaméricain (Inter-American Dialogue).

Sur une photo prise par Fukuyama, Hidalgo est photographiée devant la Maison-Blanche lors de sa visite à Washington.

Standford [Photo credit: Francis Fukuyama]

Il semble qu’Hidalgo ait passé un été pendant son université au sein de la société de conseil opaque, McKinsey & Company — un détail omis dans tous les profils et comptes rendus de son passé. Bien qu’aucune information ne le corrobore, elle est apparue en 2020 à la Stanford FLI Conference aux côtés de l’ancienne consultante de McKinsey Ana McCullough, et au Ten Across Water Summit de 2020 avec Mekala Krishnan du McKinsey Global Institute.

Hidalgo s’est rendue au Caire un an après la révolution de couleur soutenue par les États-Unis qui a chassé le président égyptien Hosni Moubarak du pouvoir, puis a voyagé jusqu’en Chine. Elle a rédigé une thèse intitulée « Tiananmen ou Tahrir ? Une étude comparative de l’intervention militaire contre la contestation populaire » (« Tiananmen or Tahrir ? A Comparative Study of Military Intervention Against Popular Protest ») : elle y compare les deux mouvements de révolution de couleur soutenus par les États-Unis.

« J’ai vu cette ouverture démocratique et sa fermeture rapide, et j’ai compris à quel point c’était fragile et combien d’institutions devaient être mises en place pour que la démocratie réussisse. Cela m’a vraiment marqué », a déclaré plus tard Hidalgo à Houston Public Media.

Lina Hidalgo (cinquième, en partant de la gauche) avec Francis Fukuyama (dernier), Larry Diamond (premier) et ses camarades étudiants de premier cycle avec mention du CDDRL de Stanford. [Photo credit: Alice Kada]

Diplômée du programme d’honneur du CDDRL de Stanford en 2013, Hidalgo a ensuite reçu la bourse d’études supérieures Omidyar Network, financée par le milliardaire de la Silicon Valley et fondateur d’eBay, Pierre Omidyar.

Elle s’est installée en Asie pour travailler pour Internews Network, une organisation liée aux services de renseignement des États-Unis qui opère sous couvert de promouvoir la « liberté de la presse » et de « former des journalistes », et elle a passé du temps au Myanmar, en Malaisie, en Thaïlande et au Vietnam. Internews Network est financé par de nombreuses agences gouvernementales des États-Unis, dont le département d’État, l’USAID, le Commandement de la défense aérospatiale nord-américaine et la NED. Il reçoit également des fonds de nombreuses sociétés et fondations, dont la Ford Foundation, liée à la CIA, et l’Open Society Foundation du milliardaire George Soros. Le groupe a lancé des initiatives pour la Fondation Bill and Melinda Gates, qui lui a versé près d’un million de dollars. Google a fait don d’un million de dollars pour « former des journalistes, des vérificateurs de faits, des universitaires et des ONG à la lutte contre la désinformation et les fausses nouvelles » en Inde, et a depuis étendu sa mission à la « lutte contre la désinformation liée aux pandémies par une vérification rigoureuse des faits ».

Comme l’a révélé The Grayzone, Gates et Omidyar sont tous deux « fortement impliqués dans la promotion des cartes d’identité et passeports vaccinaux numériques ».

Susan Rice, aujourd’hui secrétaire d’État aux Affaires africaines de Biden, a dirigé Internews Network jusqu’à sa nomination en tant que conseillère à la Sécurité nationale de l’administration Obama, où elle a fait pression en faveur d’une guerre de changement de régime menée par l’OTAN en Libye.

Après un passage dans ce que Politico décrit comme « travailler avec des journalistes au Myanmar » (vraisemblablement avec Internews Network), Hidalgo est retournée dans son État natal, où elle a rejoint le Réseau des droits civils du Texas (Texas Civil Rights Network), une fondation financée par de nombreux milliardaires libéraux. En 2020, la Sandler Foundation de Susan Sandler, qui finance également Human Rights Watch (observatoire des droits de l’homme) et le Center For American Progress (centre pour le progrès américain), a injecté 200 millions de dollars dans des ONG libérales situées dans des États où régnaient des divisions.

À l’automne 2015, Hidalgo s’est inscrite à un programme conjoint de l’université de Harvard et de l’université de New York, cherchant à obtenir à la fois des diplômes de politique publique et de droit. Elle a été conseillée par Steve Jarding, professeur à Harvard et gourou politique de longue date, qui, depuis 1980, a conseillé des candidats démocrates, de John Kerry à Hillary Clinton, et des hommes politiques du monde entier, comme l’ancien Premier ministre espagnol de droite Mariano Rajoy, qui a mis en œuvre des programmes de privatisation massive dans les domaines de la santé et de l’éducation et a envoyé des troupes espagnoles en Irak.

À Harvard, « Jarding enseigne aux étudiants comment devenir des politiciens », se vante un profil de 2016. « Neuf d’entre eux ont été candidats au poste de Premier ministre ou de président dans le monde entier et d’innombrables ont été élus au Parlement, au Congrès, ou sont devenus gouverneurs ou sénateurs. »

Sous la direction de Jarding, Hidalgo a jeté son dévolu sur le poste de juge de comté, du comté de Harris où le républicain Ed Emmett s’est longtemps présenté sans opposition.

En nouant des liens avec Ginny Goldman, conseillère de la campagne sénatoriale de Beto O’Rourke, Hidalgo s’est ensuite insérée dans l’infrastructure du Parti démocrate texan et a reçu de l’argent. Elle a obtenu des soutiens de Run For Something et Arena, des ONG fondées par des responsables de l’administration Obama et des anciens de la campagne Clinton de 2016. Lors d’une collecte de fonds d’Arena au domicile de la comédienne Chelsea Handler à Los Angeles, les actrices célèbres Reese Witherspoon, Charlize Theron et Jennifer Garner ont donné de l’argent.

Alors qu’Hidalgo s’est engagée à refuser les dons des entreprises qui opèrent dans le comté de Harris, une décision qui lui a valu une grande attention médiatique, les révélations financières montrent que sa campagne a été généreusement financée par des figures de l’élite du comté de Harris, incluant 10 000 $ d’Arnold & Itkin LLC, le plus grand cabinet d’avocats spécialisé dans les blessures corporelles à Houston. Kurt Arnold a financé des personnalités du Parti démocrate dans tout le pays, notamment Claire McAskill et Sherrod Brown, ainsi que le Comité national démocrate lui-même. Le magnat de la construction Julian F. Boddy, dont l’entreprise a eu des contrats avec des organismes gouvernementaux de Houston, a contribué à hauteur de 5 000 dollars à la campagne d’Hidalgo. Gilbert Garcia, un avocat réputé de Houston et conseiller de la Commission des opérations de bourse (Securities and Exchange Commission / SEC), a aussi versé 5 000 dollars.

Hidalgo a également recueilli 465 391 $ auprès d’ActBlue Texas, puis 107 387,62 $ en juin 2021. Parmi les principaux donateurs d’ActBlue Texas, figurent plusieurs magnats des affaires de Houston.

La campagne d’Hidalgo a versé au moins 62 500 $ à Do Big Things, une société californienne qui a élaboré sa stratégie de médias sociaux, ainsi qu’à la campagne de l’agent de la CIA devenue politicienne Ellisa Slotkin.

Le Texas ayant recours au vote direct, qui permet aux électeurs de choisir les candidats d’un parti pour tous les postes, Hidalgo a profité de la célébrité de Robert « Beto » O’Rourke. Si O’Rourke a perdu de justesse face au sénateur Ted Cruz, les démocrates ont été victorieux pour le reste, obtenant tous les postes élus dans le comté.

« Je ne vais pas m’asseoir ici et trouver les meilleures idées toute seule »

Le 6 novembre 2018, Hidalgo a battu le républicain sortant Ed Emmet avec 49,8 % des voix contre 48,2 % et a pris ses fonctions de juge de comté dans le comté de Harris (Houston et ses environs).

Bien qu’Hidalgo se soit soigneusement présentée comme une candidate de la base opposée à la corruption, une image reprise par l’establishment libéral dès son entrée en fonction, elle a immédiatement engagé la coûteuse société de conseil de Washington HR&A Advisors pour déterminer la composition de son personnel. Elle a rapidement suivi ses conseils et a engagé des personnalités, dont un ancien spécialiste des médias de la société pétrochimique Shell International Ltd.

Bien que ce soit la première fois qu’elle occupe un poste politique, Hidalgo parvient à engager Rafael Lemaitre, un initié de longue date du Beltway, comme directeur de la communication. Depuis 1998, Lemaitre a servi dans trois administrations présidentielles en tant que porte-parole de la Maison-Blanche. Selon son site Internet, il a « conseillé des consultants présidentiels au niveau du cabinet, des hauts responsables de la Maison-Blanche et de l’administration, ainsi que des célébrités sur les activités de sensibilisation des médias menées aux États-Unis et à l’étranger ».

Il a également travaillé au sein du Bureau de la politique nationale de contrôle des drogues (Office of National Drug Control Policy) et a été nommé par l’administration Obama au poste de conseiller principal pour les médias et la communication au sein du Service des douanes et de la protection des frontières du département de la Sécurité intérieure.

Le site Internet de Lemaitre se targue également d’entretenir « de solides relations avec des journalistes influents, des leaders d’opinion, des rédacteurs en chef et des producteurs dans les principaux organes de presse écrite, de radiodiffusion, de télévision et sur Internet » et d’avoir mené des actions de propagande officielle — appelées « Administration initiatives » (« Initiatives du gouvernement ») — en coordination avec « USA Today, The Washington Post, The New York Times, des agences de presse nationales et internationales, des médias régionaux et locaux à travers les États-Unis et des organes d’information sur Internet ».

Les connexions de Lemaitre ont porté leurs fruits, puisque Hidalgo a été présentée deux fois dans le magazine Timed’abord en page de couverture en janvier 2018, puis encore dans son numéro « 100 Next » de février 2021, recevant des éloges pour « avoir fait un travail incroyable en tant que juge, comme en témoignent ses efforts pour répondre rapidement au COVID-19 ».

Hidalgo a figuré dans le numéro « 40 under 40 » de Fortune en 2020, louée pour avoir assumé une « énorme responsabilité compte tenu du fait que les 4,5 millions d’habitants de Houston représentent presque la totalité de l’État du Colorado ».

Hidalgo « crée un modèle de la façon dont les progressistes peuvent gouverner efficacement », s’est extasié le New Yorker.

« Lina Hidalgo place les principes au-dessus de la politique à ses risques et périls », a écrit un chroniqueur du Houston Chronicle.

« Elle s’est retrouvée candidate à un poste aussi puissant précisément parce qu’aucun démocrate établi n’a pensé qu’une campagne de longue haleine en valait la peine », a écrit un chroniqueur du Texas Monthly.

En avril 2021, le portfolio de Lemaitre a été rehaussé en y intégrant le poste de conseiller principal ainsi que celui de directeur de la communication.

« Nous pouvons le faire. Faites votre part. Visitez ReadyHarris.org et faites-vous vacciner. »
[Billet Facebook de Lina Hidalgo]

Ayant obtenu une position puissante dans la cinquième plus grande région métropolitaine des États-Unis, Hidalgo contrôlait un budget de plus de 7 milliards de dollars. Avec les mesures d’urgence de la pandémie, sa position lui a donné plus de pouvoir en tant que directrice de la Sécurité intérieure et de la gestion des urgences du comté de Harris.

Hidalgo s’est immédiatement tournée vers HR&A Advisors, payant quatre consultants jusqu’à 420 $ de l’heure pour élaborer un « plan d’engagement communautaire », dépensant finalement jusqu’à 115 000 $ en seulement deux mois.

« Je ne vais pas m’asseoir ici et trouver les meilleures idées toute seule », a déclaré Hidalgo. « Et les gens qui sont ici depuis 10, 20, 30 ans ne le feront pas non plus. »

« Si elle pense qu’elle doit dépenser ce genre d’argent pour importer des gens en ville, il faut croire qu’elle a besoin de ce genre d’aide », a commenté le commissaire de la circonscription 3, Steve Radack.

Suivant les conseils d’un puissant couple de milliardaires et distribuant des contrats coûteux à une liste apparemment infinie de consultants d’entreprise, Hidalgo va bientôt décréter des confinements pour briser le dos de la classe ouvrière de Houston et superviser la législation pour consolider son pouvoir tout en s’empêtrant dans un scandale juridique qui pourrait la conduire en prison.

Le COVID-19 et la retructuration de la société
Par Dan Cohen (MintPress News)

  1. La fabrication de Lina Hidalgo : de la pouponnière du Parti démocrate à la reine de l’hystérie Omicron

 

Paramétrage
 Aspect :
Blanc Blanc antique
Noir Gris ardoise foncé