Fuite de documents : des espions britanniques créent une armée terroriste secrète en Ukraine

Fuite de documents :
des espions britanniques créent
une armée terroriste secrète
en Ukraine

Par Kit Klarenberg

Une publication The Grayzone


Ingérence Terrorisme Guerre
Royaume-Uni Ukraine Russie États-Unis Occident
Article

Traduit de l’anglais par EDB () • Langue originale : anglais


Des documents obtenus par The Grayzone révèlent les plans d’une cellule de personnalités du renseignement militaire britannique ayant pour objectif d’organiser et d’entraîner une armée secrète de « partisans » ukrainiens avec des instructions explicites pour attaquer des cibles russes en Crimée.

*

Le 28 octobre, une attaque ukrainienme de drones a endommagé le navire amiral de la flotte russe de la mer Noire dans le port de Sébastopol, en Crimée. Moscou a immédiatement accusé la Grande-Bretagne d’avoir aidé et orchestré l’attaque, ainsi que de faire exploser les pipelines Nord Stream, les pires actes de sabotage industriel de mémoire récente.

Le ministère britannique de la Défense a publié un démenti fracassant, mais en définitive superficiel, en réponse aux accusations, les qualifiant de « fausses déclarations d’une ampleur épique ». Quels que soient les auteurs de ces attaques en particulier, les soupçons d’une main cachée britannique dans cette destruction ne sont pas infondés. The Grayzone a obtenu des documents ayant fait l’objet d’une fuite, dans lesquels des agents des services de renseignement britanniques signent un accord avec la branche d’Odessa des services de sécurité ukrainiens, afin de créer et de former une armée secrète de partisans ukrainiens.

Les plans prévoyaient que l’armée secrète mènerait des opérations de sabotage et de reconnaissance en Crimée pour le compte du Service de sécurité ukrainien (SBU) — précisément le type des attaques observées ces dernières semaines.

Comme The Grazyone l’a déjà signalé, c’est la même coterie d’agents des services de renseignement militaire qui a élaboré les plans visant à faire sauter le pont de Kertch en Crimée. Cet objectif a été atteint le 8 octobre par un attentat suicide au camion piégé, qui a mis temporairement hors service le seul point de liaison entre la Russie continentale et la Crimée et qui a déclenché une escalade majeure dans les attaques de Moscou contre les infrastructures ukrainiennes.

Ces plans ont été produits par un vétéran de l’armée nommé Hugh Ward, à la demande de Chris Donnelly, un agent des services de renseignement britanniques connu pour avoir mis sur pied le programme secret de guerre de l’information, Integrity Initiative, financé par le Foreign Office (ministère des Affaires étrangères britannique).

Les plans ont circulé dans le réseau transnational privé de Donnelly, composé de responsables militaires, de législateurs et de responsables du renseignement. Ces connexions de haut niveau soulignent que Donnelly est loin d’être un observateur passif dans ce conflit. Il a utilisé sa position et ses contacts pour obtenir les ressources nécessaires à la formation du bataillon secret de saboteurs afin d’attaquer des cibles russes en Crimée. Cette stratégie de destruction ne manquera pas d’intensifier la guerre et de compromettre tout élan vers la négociation.

Baptisé « soutien aux opérations de raid maritime », l’assaut prévu contre la Crimée vise à « dégrader » la capacité de la Russie à bloquer Kiev, à « éroder » la « capacité de combat » de Moscou et à isoler les forces terrestres et maritimes russes en Crimée en « empêchant le réapprovisionnement par mer et par voie terrestre via Kertch ».

Les documents obtenus par The Grayzone montrent que ces plans sont menés en étroite coordination avec le SSU d’Odessa, tandis qu’un oligarque ukrainien politiquement influent a été mis à contribution pour financer cette entreprise néfaste.

Depuis qu’un coup d’État soutenu par l’Occident a renversé en 2014 le gouvernement élu de l’Ukraine, Donnelly a travaillé sans relâche pour fomenter une guerre par procuration contre la Russie en Ukraine. Des mémos privés rédigés par lui-même et obtenus par The Grayzone en octobre dernier révèlent que sa soif d’escalade n’a fait que s’intensifier depuis que l’armée russe a envahi l’Ukraine en février.

Dans une lettre du 21 septembre adressée à son cercle restreint, Donnelly s’inquiète du fait que l’administration Biden ne soit pas complètement engagée dans une guerre totale avec la Russie. Citant des déclarations publiques de responsables à Washington espérant un règlement négocié entre l’Ukraine et la Russie, Donnelly a ajouté (voir ci-dessous) : « Cette position des États-Unis doit être contestée, fermement et immédiatement. »

Dans un autre communiqué, il a reproché à Biden d’être « si peu avisé qu’on ne peut y croire » pour avoir averti que le conflit ukrainien pourrait conduire à l’« apocalypse ».

Si The Grayzone ne peut pas vérifier que les attaques ukrainiennes contre la Crimée sont l’œuvre directe de l’équipe de Donnelly, les événements récents reflètent étroitement les stratégies et tactiques décrites dans les documents obtenus. Qui plus est, les attaques ont contribué à atteindre les objectifs d’escalade poursuivis par Donnelly et le gouvernement britannique, qui ont réussi à faire échouer les négociations entre Kiev et Moscou en avril dernier.

Des « partisans » ukrainiens formés à « tirer, se déplacer, communiquer, survivre »

Selon les documents examinés par The Grayzone, une société militaire britannique privée nommée Prevail Partners a été chargée de recruter et de former les combattants partisans ukrainiens secrets. Prevail a été fondée par des vétérans des forces spéciales, dont l’ancien brigadier des Royal Marines et commandant du Special Boat Service, Justin Hedges.

Le siège de la société se trouve non loin de RM Hamworthy, un centre d’entraînement militaire d’élite britannique, doté de terrains ressemblant aux rues d’une ville et d’un « couloir d’engins explosifs improvisés » pour tester des scénarios de combat.

La genèse du programme est le fruit d’un lobbying secret mené pendant plusieurs mois par Donnelly, par Guy Spindler, un vétéran du MI6, et par Audrius Butkevičius, un ancien ministre lituanien de la Défense ayant des liens de longue date avec l’appareil ukrainien de sécurité, militaire et de renseignement.

Plusieurs obstacles sont apparus lorsque l’équipe de Prevail a commencé à déployer ses efforts pour former l’armée secrète. Tout d’abord, les responsables ukrainiens ont exprimé leur réticence à réunir les sommes considérables exigées par l’équipe de Donnelly, en particulier alors que les États occidentaux injectaient des milliards dans l’effort de guerre. Les responsables britanniques étaient également réticents à l’idée de confier les services de formation à des prestataires privés, peut-être par crainte d’être pris sur le fait ou même d’être poursuivis pour s’être livrés à une telle activité provocatrice.

Au sein de la clique de Donnelly, la proposition initiale de Prevail a également suscité des inquiétudes. Alex Finnen, membre de la cellule d’espionnage du Specialist Group Military Intelligence de l’armée britannique et de la mystérieuse Russia Unit du Foreign Office, a commenté dans un courriel de fin mars que l’offre de Prevail était « très chère pour ce qu’elle est », avec un coût prévu de 600 000 dollars par combattant partisan et par an — une indication que la société était « sur un marché vendeur ».

« Je soupçonne qu’ils ont pris le premier chiffre auquel ils ont pensé et qu’ils l’ont ensuite doublé. Il faut donc discuter davantage de ce que ces gens vont faire et de la manière dont ils vont le faire », a averti Finnen. « Les partisans vivent dans et parmi la population. Cela signifie que vous avez besoin de personnes venant de toute l’Ukraine, en petites équipes, pour prendre part à l’opération, comme Prevail le suggère “oblast par oblast”. Comment vont-ils s’y prendre ? »

Après quelques manœuvres, un accord provisoire a été établi le 18 avril entre Prevail et son partenaire opérationnel, une « société de gestion de crise basée à Londres » nommée Thomas in Winslow. Selon le contrat, Prevail devait mener gratuitement une « évaluation des capacités » des opérations du SSU d’Odessa, « puis des autres SSU régionaux importants et enfin des services de sécurité de toute l’Ukraine ».

Bien qu’il s’agisse d’une visite à domicile, l’évaluation sera finalement utilisée pour justifier un investissement majeur dans le programme des partisans.

Cet objectif a été clairement souligné dans une estimation de Prevail concernant un bataillon de la 24e brigade de l’armée ukrainienne « en cours de mobilisation pour un déploiement sur la ligne de front ». Cette note a été rédigée par Justin Hedges après une visite qu’il a effectuée fin mai d’une base d’entraînement militaire dans la ville occidentale de Yavoriv, près de la frontière polonaise. Hedges y était accompagné par Darren Liddle, vétéran du renseignement militaire britannique, et par deux agents des forces spéciales ukrainiennes.

L’invitation à participer « n’émanait pas » de l’état-major ukrainien, mais « d’un niveau régional » — une référence au SSU d’Odessa. Au cours des 36 heures passées à la base de Yavoriv, Hedges et sa compagnie ont observé une partie de ce qu’il a décrit comme une session d’entraînement « inadéquate » de 12 jours dispensée à des conscrits âgés de 20 à 58 ans, dont aucun n’avait d’expérience militaire préalable et qui seraient finalement envoyés à Popasna, « où les Russes sont en train de percer les lignes [ukrainiennes] ».

Hedges a noté, concernant le stage, un « très faible nombre d’instructeurs, aucun programme ni aucune doctrine définis, aucune expérience en unité, aucune formation à la planification », avec « des tactiques peu judicieuses enseignées par des formateurs étrangers inexpérimentés », laissant le bataillon « non préparé à ce qui l’attend ».

Il a estimé que nombre des personnes présentes « savent que lorsqu’elles seront déployées sur la ligne de front […], ce sera un carnage », d’autant plus que le bataillon précédent, qui a reçu la même formation de 12 jours, « a perdu 60 hommes au cours des trois premiers jours ».

« [Cela conduit] à des taux de pertes sans doute insoutenables. À mon avis, insoutenable du point de vue du capital humain et donc de la politique à long terme », a déploré Hedges. « Ce problème ne peut plus être laissé sans réponse ; le déficit de formation doit être comblé maintenant, sinon les taux de pertes insoutenables, dus à l’insuffisance de la formation, peuvent devenir politiquement décisifs en forçant Zelensky à céder du terrain à Poutine. »

En revanche, il a décrit les instructeurs de Prevail comme étant « tous qualifiés et expérimentés » avec « une expérience du combat », et a affirmé que Yavoriv était « adéquat et sûr, avec une discipline et des techniques appropriées ». En d’autres termes, nous pouvons vous aider, et vous avez besoin de nous de toute urgence.

Comme l’a révélé un courriel envoyé au début du mois de mai par Spindler à Donnelly, il était déjà prévu d’utiliser la base pour former des groupes de partisans de 40 personnes toutes les quatre semaines pendant six mois sur la façon de « tirer, se déplacer, communiquer, survivre », ainsi que de vivre dans les bois et d’y « survivre ». Les stagiaires « ayant des aptitudes » devaient être identifiés et encadrés dans des « modules spécialisés ».

Au fur et à mesure du développement du plan, le terrain d’entraînement de Yavoriv a été transféré vers des sites non divulgués en Grèce et en Pologne.

Jusqu’à présent, le programme britannique secret des partisans n’a jamais été mentionné par les médias grand public. Et comme le montre clairement le compte rendu, des efforts considérables ont été déployés par tous les acteurs impliqués pour que l’initiative reste cachée au public.

Hedges, le vétéran des forces spéciales, considère que le financement du gouvernement est « essentiel pour placer ce programme sur un socle très solide ». Il imagine que le parrainage pourrait venir de Grande-Bretagne, des États-Unis, d’Ukraine, « ou même des pays baltes/nordiques ». S’il était nécessaire de « séparer les subventions gouvernementales de l’activité », le financement pourrait être « assuré en faisant transiter les “dons” par l’ONG établie par Prevail, Rhizome Insights Ltd » ; il s’agit d’une façade qui sert de « voie actuelle pour le financement de l’équipement et de la formation » de l’entreprise et qui permet donc à celle-ci de rester cachée du public.

« C’est ainsi que Prevail reçoit des dons d’ONG/de particuliers pour financer des équipements et un faible niveau d’autres aides à l’heure actuelle », a expliqué Hedges, notant que Prevail discutait également d’un financement avec le bureau du maire de Lviv, Andriy Sadovyi, l’un des oligarques les plus riches d’Ukraine et le propriétaire de la chaîne d’information du pays, Channel 24.

Donnelly s’en prend à Biden pour avoir mis en garde contre une « apocalypse » nucléaire

Les efforts de Chris Donnelly pour envenimer le conflit russo-ukrainien ne sont pas passés inaperçus auprès des autorités britanniques. Pas plus tard que le 8 octobre de cette année, il a été invité avec enthousiasme par le brigadier Julian Buczacki de la 1re brigade d’élite de renseignement, de surveillance et de reconnaissance de l’armée britannique à servir de conseiller important au chef d’état-major de la défense de Londres, le général Nick Carter, et à David Williams, le principal guide civil de Londres pour les questions de défense.

Dans un courriel envoyé cet après-midi-là, quelques heures seulement après l’attentat du pont de Kertch, Buczacki a indiqué qu’il avait récemment été « plongé dans le maelström du travail de crise » — et « à ce sujet », il avait recommandé que Donnelly serve de « conseiller des sages » à Carter et à Williams, au motif que ces derniers bénéficieraient d’un expert en « dissuasion/escalade et tout le reste ».

« Ce serait assez tôt étant donné le contexte. » « Je vais bientôt devenir ACDS [Assistant Chief of Defence Staff Military Strategy] (pas encore public) », a conclu Buczacki.

Donnelly a rapidement répondu qu’il serait « ravi » d’assumer un tel rôle central dans la poursuite par la Grande-Bretagne de la guerre par procuration. « Le délai court » n’était « pas un problème », a-t-il écrit, en joignant son habilitation officielle de sécurité du gouvernement britannique, ainsi que deux commentaires récents sur le conflit en Ukraine qu’il avait fait circuler dans son réseau.

Le contenu de ces commentaires montre clairement que Donnelly considère que les milliards de dollars d’armes envoyés à l’Ukraine par le décret de Biden sont insuffisants et qu’il s’inquiète du fait que ce dernier pourrait bientôt apaiser Poutine en autorisant des négociations.

Le président Joseph Biden a fait la une des journaux internationaux lorsqu’il a déclaré, au cours d’une collecte de fonds au domicile de James Murdoch, le fils du magnat des médias d’extrême droite Rupert Murdoch, que Poutine « ne plaisante pas lorsqu’il parle de l’utilisation potentielle d’armes nucléaires tactiques » et qu’il existe une réelle possibilité que le conflit en Ukraine « se termine en apocalypse ».

Dans son échange de courriels du 8 octobre avec le brigadier Julian Buczacki, Donnelly s’est plaint que les « remarques improvisées » du président des États-Unis étaient « si peu judicieuses qu’elles dépassent l’entendement ».

« Je ne suis pas sûr de savoir quel est le mot opposé à “dissuasion”, mais Biden s’y emploie activement, hélas », a déploré Donnelly. Selon lui, les menaces de guerre nucléaire de Poutine doivent être considérées comme un bluff visant à affaiblir la volonté de l’Occident de poursuivre l’escalade jusqu’à la victoire totale.

De toute évidence, de son point de vue, il fallait faire quelque chose pour empêcher Washington d’autoriser une solution négociée qui satisferait à toutes les conditions de la Russie.

Une « bombe humaine » frappe le pont de Kertch

Le 25 mai, Guy Spindler a envoyé un courriel à Donnelly pour lui signaler qu’il avait parlé « à quelques reprises » à Butkevičius, l’ancien ministre lituanien de la Défense. Il a fait le commentaire suivant : Butkevičius a « fait un excellent travail pour démêler les hésitations ukrainiennes sur le soutien à la formation, et a maintenant fait en sorte que le nom de Prevail soit transmis » au gouvernement britannique et à son ambassade à Kiev — et donc au Foreign Office et au MI6 — « comme fournisseur potentiel ».

Spindler a jugé que Hedges avait « un sentiment positif », car les ministres britanniques de la Défense « ne seraient, en principe, plus opposés aux solutions de formation proposées par le secteur privé ». Il ne restait plus qu’à obtenir l’approbation officielle pour une sorte d’opération de style guérilla, et à « s’assurer que nos contributions » — y compris celles de Butkevičius — étaient « correctement rémunérées ».

Le compagnon du MI6 a ajouté qu’il avait une « vue très partielle » des « divers plans » de Hugh Ward — une référence au « soutien des opérations de raid maritime », invitant Donnelly à « me faire participer comme vous le souhaitez ». Il semble que les différents plans de sabotage soient si confidentiels et si sensibles que même les hauts responsables des services secrets britanniques chargés de superviser les opérations ne sont pas au courant de tous les détails.

The Grayzone a déjà révélé le projet de Ward d’attaquer le pont de Kertch, qui relie la Crimée à la Russie continentale. Selon ces plans, des missiles de croisière, des équipes de plongeurs spécialement formés ou des drones sous-marins détruiraient les piliers en béton du pont, que Ward considérait comme la « partie la plus faible » de la structure.

Bien que les services de sécurité ukrainiens (SBU) aient finalement opté pour un attentat au camion piégé, un timbre-poste commémoratif émis par Kiev quelques heures à peine après l’attentat montre deux explosions aux endroits précis suggérés par Ward. La rapidité avec laquelle ce timbre est devenu disponible laisse fortement supposer qu’il avait été préparé bien avant l’attentat.

Prevail a également élaboré des plans pour des stratégies alternatives. Une présentation produite par la société — et intitulée « Lot d’informations relatif au pont de Kertch » — proposait de faire exploser un navire transportant du nitrate d’ammonium sous une partie du pont recouvrant une voie de navigation.

Le modèle de Prevail pour cette attaque était l’explosion de Beyrouth en août 2020, au cours de laquelle une déflagration massive et mystérieusement déclenchée a détruit le port de la capitale libanaise, causant d’importants dégâts dans les quartiers environnants. La société militaire privée a noté avec satisfaction que les 552 tonnes de nitrate d’ammonium qui ont explosé à Beyrouth « ont produit un cratère de 140 m de large et un tremblement de terre d’une magnitude de 3,3 sur l’échelle de Richter », une quantité « bien inférieure aux 2 754 tonnes » qui seraient arrivées en Crimée sur un cargo loué par la Russie en 2013.

La raison pour laquelle le scénario de l’attentat au camion piégé a été finalement choisi n’est pas claire — peut-être parce qu’il offrait un degré de déni plausible à ceux qui étaient derrière l’attaque. Les responsables ukrainiens, après avoir initialement célébré l’incident, affirment maintenant qu’il s’agissait d’une opération russe sous faux drapeau.

En outre, à la fin du mois d’août, la Russie a renforcé ses mesures de protection en Crimée et dans les environs, notamment en déplaçant un système de défense antimissile S-300 vers la péninsule, ce qui a peut-être nécessité un autre plan d’action que celui initialement choisi.

Pour l’attentat à la bombe contre le pont de Kertch, un véhicule bourré d’explosifs a été transporté depuis Odessa, en Ukraine, jusqu’en Crimée, via la Bulgarie, la Géorgie et l’Arménie, avec différents conducteurs à différentes étapes du voyage. Le dernier conducteur n’aurait pas été au courant de leur mission suicide.

Si des agents britanniques ont effectivement orchestré l’attaque du pont de Kertch, ils se sont probablement inspirés d’opérations antérieures présentant d’étranges similitudes. En 2006, une ONG connue sous le nom de British Irish Rights Watch a publié le témoignage d’anciens informateurs anonymes des services de renseignement britanniques, révélant que le MI6 avait été le fer de lance d’une stratégie terroriste sous faux drapeau connue sous le nom de « bombe humaine », en Irlande du Nord.

Des civils étaient attachés à des véhicules bourrés d’explosifs, puis contraints de se rendre à des postes de contrôle militaires pour lancer des attaques incendiaires sur des cibles en tuant aussi bien des soldats que des civils. La vague de bombardements a attisé les tensions locales et justifié la répression féroce de l’État britannique contre la population catholique de la province.

« On sait qu’au moins deux agents des forces de sécurité ont été impliqués dans ces attentats à la bombe et des allégations ont été faites selon lesquelles la stratégie de la bombe humaine était une idée des services de renseignement britanniques », a déclaré British Irish Rights Watch dans un rapport.

Étant donné le contenu des documents divulgués examinés par The Grayzone, il est frappant de constater que les explosifs utilisés pour viser le pont de Kertch provenaient d’Odessa. Située juste de l’autre côté de la mer Noire, en face de la Crimée, cette ville a accueilli l’unité SSU sur laquelle s’est appuyée l’armée terroriste secrète de Donnelly et Prevail.

Les responsables russes ont longtemps déclaré qu’ils considéraient la Crimée comme un territoire russe, et que toute attaque contre cette région franchirait une ligne rouge et entraînerait une réaction d’escalade. Lorsque Donnelly et son équipe ont présenté des plans pour établir une armée secrète de « partisans » ukrainiens, il semble bien que c’était précisément ce qu’ils voulaient faire.

Lire également les articles connexes de Kit Klarenberg autour du renseignement britannique et étatsunien…

Sources :

 

Paramétrage
 Aspect :
Blanc Blanc antique
Noir Gris ardoise foncé