La démocratie de façade

La démocratie de façade

Par Rainer Mausfeld

Démocratie Propagande Politique Néolibéralisme
Occident
Article
Traduit de l’anglaisLangue originale : allemand


Les citoyens sont privés de leurs droits et sont conditionnés à être des consommateurs politiquement apathiques. Au cours des dernières décennies, la démocratie a été remplacée par l’illusion de la démocratie. De nouvelles formes d’organisation du pouvoir et des méthodes psychologiques de manipulation de notre conscience protègent les puissants contre les risques de l’autonomisation démocratique et renforcent leur position.

*

Démocratie et liberté. Deux mots chargés de promesses sociales inouïes et qui peuvent libérer d’énormes énergies de changement pour les réaliser. Aujourd’hui, il ne reste guère plus qu’une ombre des espoirs qui leur étaient associés à l’origine. Que s’est-il passé ? Jamais auparavant deux mots, auxquels des espoirs aussi passionnés étaient attachés, n’avaient été vidés de leur sens originel d’une manière aussi profonde sur le plan social. Ils ont été manipulés, bafoués et retournés contre ceux qui les ont encouragés par leurs pensées et leurs actions.

La démocratie actuelle est en réalité une oligarchie élue d’élites économiques et politiques, dans laquelle des pans centraux de la société, en particulier l’économie, sont fondamentalement soustraits à tout contrôle démocratique et à toute responsabilité ; en même temps, de larges pans de notre propre organisation sociale ne relèvent pas du champ démocratique. Et la liberté aujourd’hui signifie avant tout la liberté des puissants économiquement.

Avec cette réinterprétation orwellienne, ces deux mots ont maintenant une place spéciale dans le dictionnaire infini des mots falsifiés à travers l’histoire. Avec l’empoisonnement de ces deux mots, nos espoirs d’une société plus humaine et d’un endiguement des moyens violents pour résoudre les choses sont confus, brisés et presque effacés de la mémoire collective. La perte des rêves de civilisation associés à ces deux concepts fait qu’il nous est difficile aujourd’hui d’articuler politiquement une alternative attrayante et décente aux autres formes de pouvoir, ou pire encore, de ne plus les envisager du tout.

La démocratie, qui était à l’origine associée à de grands espoirs d’autodétermination politique et de sauvegarde de la paix intérieure et extérieure, n’est plus qu’une coquille formelle dans la structure réelle de la société. La démocratie a été réduite à un spectacle mis en scène d’élections périodiques, où la population peut choisir parmi un « spectre d’élite » donné. La démocratie réelle a été remplacée par l’illusion de la démocratie ; le débat public libre a été remplacé par la gestion des opinions et de l’indignation. Le principe directeur du citoyen responsable a été remplacé par l’idéal néolibéral du consommateur politiquement apathique.

Parmi les espoirs associés aux concepts de démocratie et de liberté, seuls des mots creux d’une fausse promesse ont été retenus par les puissants ; avec ces mots, il est possible de manipuler efficacement la conscience de la majorité soumise.

Le droit international s’est aussi largement transformé aujourd’hui en un instrument de politique de puissance non dissimulée. La « communauté de valeurs occidentale » autoproclamée est retournée ouvertement à sa doctrine presque religieuse de l’efficacité de la violence, de l’efficacité des bombes et de la destruction, des meurtres par drone et de la torture, du soutien aux groupes terroristes, de la strangulation économique et des autres formes de violence qui servent leurs fins. Il s’agit d’une fétichisation politique de la violence, dont les effets sont visibles partout dans le monde.

Il ne reste guère plus qu’un souvenir historique des grands espoirs associés à l’origine à la démocratie et au droit international, à savoir l’espoir que la civilisation puisse contenir le pouvoir et la violence. La population est d’autant plus convaincue de la rhétorique politique de la démocratie et du droit international, avec laquelle les puissances économiques ou militaires cherchent à obtenir le consentement ou la tolérance de la population pour leur pratique effective d’une realpolitik violente. Dans la realpolitik d’aujourd’hui, le droit du plus fort est de nouveau accepté depuis longtemps.

Deux cents ans après le siècle des Lumières, dont nous louons tant notre rhétorique politique, nous vivons dans une époque de contre-illumination radicale. En même temps, lorsqu’elle sert leurs intérêts, les puissants aiment se référer aux Lumières pour affirmer leur prétendue supériorité civilisationnelle sur ceux qu’ils considèrent comme leurs ennemis.

Une démocratie élitiste est contradictoire dans les termes. Bien qu’il y ait des éléments démocratiques formels dans une démocratie élitiste, ils sont structurellement réduits au minimum. Malgré cette démocratie minimaliste, du point de vue des centres économiques et politiques du pouvoir, les éléments démocratiques ne sont pas nécessairement aussi dépourvus de risques qu’ils le voudraient.

Ainsi, pour que l’élite actuelle puisse conserver son statut, elle doit se prémunir contre les aspirations démocratiques.

Le point faible est maintenant le débat public, qui — en particulier lors des élections périodiques — pourrait devenir un risque pour la stabilité. Comment peut-on contrôler ce processus dans une démocratie élitiste ? Comment réduire au minimum le risque que la démocratie pose potentiellement ? Si les derniers éléments démocratiques restants étaient supprimés, il ne serait plus possible de maintenir la rhétorique démocratique pour empêcher la révolution, car le débat public et les élections périodiques sont indispensables pour ne serait-ce que donner l’illusion de la démocratie. Ainsi, si les véritables centres de pouvoir veulent garder ces formalités, ils ont besoin de moyens appropriés pour construire la stabilité qui peut rendre la démocratie sans risque pour eux.

Au cours des dernières décennies, les puissants ont déployé de grands efforts pour trouver de nouveaux moyens d’assurer cette stabilité, afin de protéger les éléments démocratiques qui sont encore présents dans la démocratie élitiste des risques liés au pouvoir démocratique.

Il s’agit notamment de nouvelles formes structurelles d’organisation du pouvoir, ainsi que de méthodes psychologiques de manipulation de notre conscience. Bien sûr, les racines de ces développements remontent bien en arrière, mais ils se sont accélérés rapidement et se sont solidifiés sur le plan institutionnel au cours des dernières décennies. Le processus de transformation sociale associé à ces phénomènes est similaire aux effets d’une « révolution d’en haut », c’est-à-dire une révolution qui représente un projet des élites économiques et sert à étendre et à consolider leurs intérêts. Le processus de transformation qui accompagne cette révolution repose essentiellement sur deux piliers.

Le premier pilier de ce processus de transformation est que les formes organisationnelles du pouvoir soient conçues de manière la plus abstraite possible et avec une diffusion délibérée de la responsabilité sociale, afin que le mécontentement, l’indignation ou la colère des gouvernés ne trouvent aucune cible concrète, c’est-à-dire ayant un impact sur le plan politique. Ainsi, la volonté de changement de la population ne peut plus s’exprimer auprès des décideurs actuels.

Ce processus de transformation consiste en la mise en place de structures institutionnelles et constitutionnelles adaptées, aussi invisibles que possible pour la population. Grâce à ces structures, les rapports de force peuvent être stabilisés et les processus de remaniement retirés définitivement de la vie démocratique, ce qui les rend largement irréversibles. Pour cela, les structures démocratiques historiquement acquises après de dures luttes doivent être éliminées ou érodées, afin que leur efficacité soit neutralisée.

En outre, le droit national et international doivent être « développés » de manière à ce que les centres du pouvoir économique et politique puissent légalement faire valoir leurs intérêts avec autorité dans le cadre juridique ainsi créé. En particulier, un cadre juridique doit être créé pour permettre la transformation du pouvoir économique en pouvoir politique et pour fournir un cadre juridique aux dispositifs de redistribution ascendante souhaités ou déjà établis, de sorte que le peu de possibilités démocratiques restantes ne puisse les annuler.

Le crime organisé de la classe supérieure est non seulement légalisé par une telle législation, mais aussi protégé pour l’avenir et scellé contre d’éventuelles interventions démocratiques.

Le deuxième pilier est le développement de techniques sophistiquées et très efficaces qui peuvent manipuler de manière ciblée la conscience des gouvernés. Idéalement, ceux qui sont gouvernés ne devraient même pas savoir qu’il y a des centres de pouvoir derrière la carapace politique, présentée par les médias, d’un pouvoir apparemment contrôlé démocratiquement. L’objectif le plus important est de neutraliser toute volonté sociale de changement au sein de la population ou de détourner leur attention vers des objectifs politiquement insignifiants.

Pour y parvenir de la manière la plus robuste et la plus cohérente possible, les techniques de manipulation visent bien plus que de simples opinions politiques. Elles visent à façonner de manière systématique tous les aspects qui affectent notre vie politique, sociale et culturelle ainsi que nos modes de vie individuels. Ils aspirent en quelque sorte à la création d’un « nouvel être humain » dont la vie sociale est absorbée dans le rôle du consommateur politiquement apathique.

En ce sens, ils sont totalitaires, ce qui explique que le grand théoricien de la démocratie Sheldon Wolin parle à juste titre d’un « totalitarisme inversé », une nouvelle forme de totalitarisme, qui n’est pas perçu par la population comme du totalitarisme. Les techniques à cet effet ont été et sont mises au point depuis une centaine d’années, à grands frais et avec une participation importante des sciences sociales, dont l’importance dans la société est étroitement liée à l’offre de méthodes de contrôle social.

Un élément clé de ces techniques de manipulation de la conscience de la population est la création d’idéologies adaptées qui sont largement invisibles à la population en tant qu’idéologies et fournissent ainsi un cadre peu contestable qui donne un sens à toutes les expériences sociales de l’individu.

Le cœur de ces idéologies, qui ont culminé dans l’idéologie néolibérale au cours des dernières décennies, est l’idéologie d’une « démocratie d’élite capitaliste » expertocratique, dans laquelle des élites compétentes et bien engagées devraient diriger le destin de la société de la manière la plus efficace possible.

Ces deux éléments servent à rendre le pouvoir non identifiable et donc invisible, afin de saper nos mécanismes naturels de défense mentale contre le fait d’être gouverné par d’autres. Les deux sont caractéristiques des formes de démocraties d’élite capitalistes contemporaines.

Nous ne pouvons développer des stratégies ambitieuses de résistance à l’ordre actuel basées sur le pouvoir et la violence que si nous comprenons suffisamment ces nouvelles formes organisationnelles de pouvoir. Il en va de même pour les techniques de manipulation, grâce auxquelles des caractéristiques spécifiques de notre esprit peuvent être exploitées à des fins politiques.

Source : article publié sur le site web Soverain
https://www.soverain.fr/la-democratie-de-facade/


Source de la photographie d’en-tête : Element5 Digital
https://www.pexels.com/photo/person-dropping-paper-on-box-1550337/
[ Creative Commons ]