Toutes les publications

En dehors de la boîte

Sortir de l’univers du discours clos !

AVERTISSEMENT ! Contenu perturbant !

RÉSERVÉ À UN PUBLIC AVERTI !
Le contenu de cet article (texte, photographies, vidéos…) est inapproprié ou choquant pour certains publics.

Tout en prétendant défendre la démocratie, l’Ukrainien Volodymyr Zelensky a rendu l’opposition hors-la-loi, ordonné l’arrestation de ses rivaux et présidé à la disparition et à l’assassinat de dissidents dans tout le pays.

Par Ben Norton
Une publication Multipolarista

Human Rights Watch et Amnesty International prétendent être indépendantes, mais elles entretiennent des liens étroits avec le gouvernement des États-Unis et servent ses intérêts en matière de politique étrangère, grâce au financement de fondations liées à la CIA et d’oligarques milliardaires.

Par Salim Lamrani
Une publication OpenEdition

Depuis 1959 et l’avènement de la Révolution cubaine, et tout particulièrement depuis 1991 et la chute de l’Union soviétique, Cuba est invariablement mise en accusation sur la question des droits de l’homme. Il existe un consensus largement répandu au sein de l’opinion publique, notamment en Occident, pour associer l’île à des violations des droits de l’homme. Sans chercher à nier les éventuelles atteintes aux droits fondamentaux qui peuvent survenir au sein de la société cubaine, il convient de se demander s’il y a une corrélation entre l’importance des violations des droits de l’homme recensés par les institutions internationales dans tel pays et l’exposition médiatique qui lui est accordée. Pour répondre à cette interrogation, ce travail se propose de réaliser une étude comparative, basée sur le dernier rapport annuel d’Amnesty International, entre quatre pays : Cuba, les États-Unis, la France et l’Espagne.

Par Alexander Rubinstein
Une publication MintPress News

Certaines connexions troublantes contredisent l’image d’Amnesty en tant que défenseur bienveillant des droits de l’homme et révèlent que les figures majeures de l’organisation durant ses premières années étaient moins préoccupées par la dignité humaine que par celle de l’image des États-Unis et du Royaume-Uni dans le monde.

Prodigue en bonnes paroles, l’Occident se veut l’incarnation des valeurs universelles. Ce parangon de la démocratie, ce champion des « droits de l’homme » convoque toujours ses vertus supposées à l’appui de ses prétentions hégémoniques. Comme si une bonne fée s’employait, magnanime, à faire coïncide...

 
 
Paramétrage
 Aspect :
Blanc Blanc antique
Noir Gris ardoise foncé