XXIV : tirer de fausses conclusions

L’Art d’avoir toujours raison

Par Arthur Schopenhauer




XXIV : tirer de fausses conclusions

Il s’agit de prendre une proposition de l’adversaire et d’en déformer l’esprit pour en tirer de fausses propositions, absurdes et dangereuses que sa proposition initiale n’incluait pas : cela donne l’impression que sa proposition a donné naissance à d’autres qui sont incompatibles entre elles ou défient une vérité acceptée. Il s’agit d’une réfutation indirecte, une apagogie, qui est une autre application de fallacia non causæ ut causæ.

 XXIII : forcer l’adversaire à l’exagération

XXV : trouver une exception