XXIII : forcer l’adversaire à l’exagération

L’Art d’avoir toujours raison

Par Arthur Schopenhauer




XXIII : forcer l’adversaire à l’exagération

La contradiction et la dispute incitent l’homme à l’exagération. Nous pouvons ainsi par la provocation inciter l’adversaire à aller au-delà des limites de son argumentation pour le réfuter et donner l’impression que nous avons réfuté l’argumentation elle-même. De même, il faut faire attention à ne pas exagérer ses propres arguments sous l’effet de la contradiction. L’adversaire cherchera souvent lui-même à exagérer nos arguments au-delà de leurs limites et il faut l’arrêter immédiatement pour le ramener dans les limites établies : « Voilà ce que j’ai dit, et rien de plus. »

 XXII : petitio principii

XXIV : tirer de fausses conclusions