D’homme de main de Chicago à président de la CEDEAO : découvrez l’ancien blanchisseur d’argent qui est aujourd’hui à la tête de la campagne d’invasion du Niger

D’homme de main de Chicago
à président de la CEDEAO :
découvrez
l’ancien blanchisseur d’argent
qui est aujourd’hui à la tête
de la campagne d’invasion du Niger

Par Alexander Rubinstein et Kit Klarenberg

Une publication The Grayzone


Corruption Néocolonialisme Impérialisme Ingérence Guerre
France États-Unis Niger Nigeria Mali Burkina Faso Afrique de l’Ouest Occident CEDEAO
Article

Traduit de l’anglais par EDB () • Langue originale : anglais


Depuis le renversement du gouvernement du Niger favorable aux États-Unis, les nations ouest-africaines du bloc de la CEDEAO ont menacé d’envahir leur voisin.

Avant de mener la charge pour une intervention, le président de la CEDEAO, Bola Tinubu, a passé des années à blanchir des millions pour des trafiquants d’héroïne à Chi-Town,1 et a depuis été pris dans de nombreux scandales de corruption.

*

Quelques heures après que le dirigeant du Niger, soutenu par l’Occident, a été arrêté par la garde présidentielle du pays le 28 juillet, Bola Tinubu, le président du Nigeria et président de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO),2 est passé à l’action en avertissant que le groupe de nations « ne [tolérera] aucune situation qui neutraliserait le gouvernement démocratiquement élu ».

« En tant que président […] de la CEDEAO, je déclare sans équivoque que le Nigeria se tient fermement aux côtés du gouvernement élu au Niger […]. »

Deux jours plus tard, la CEDEAO a imposé des sanctions sévères au Niger et a lancé un ultimatum brutal : si la junte nouvellement en fonction ne réinstalle pas le président évincé dans une semaine, les gouvernements africains pro-occidentaux du groupe le feront — par des moyens militaires, si nécessaire.

Le samedi 6 juillet, un jour avant la date limite, les dirigeants de la CEDEAO ont approuvé un plan d’invasion du pays, avec l’inquiétante mise en garde suivante : « La CEDEAO ne va pas dire aux putschistes quand et où nous allons frapper. »

Si la CEDEAO obtient gain de cause, les États membres que sont le Bénin, le Cap-Vert (Cabo Verde), la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée-Bissau, le Liberia, le Nigeria, la Sierra Leone, le Sénégal et le Togo seront poussés à envoyer leurs soldats envahir le Niger.

Ces événements ont propulsé le Niger, pays d’Afrique de l’Ouest habituellement négligé, sous les feux des médias occidentaux. Mais, si des hostilités éclatent, ce n’est pas un seul État africain appauvri qui sera dans le collimateur.

Le Burkina Faso, le Mali et la Guinée, pays voisins également gouvernés par des administrations militaires qui ont récemment pris le pouvoir par la force, ont tous averti que toute attaque contre le Niger serait considérée comme une attaque contre eux également. Si leurs rivaux de la CEDEAO font le premier pas, les nations que les médias grand public ont surnommées la « ceinture du coup d’État » de l’Afrique se sont engagées à déployer elles aussi leurs forces militaires — une annonce qui devrait mettre fin à toute illusion selon laquelle le rétablissement de l’ancien président serait un processus sans douleur.

La coalition pro-occidentale est dirigée par le président de sa nation la plus puissante, le Nigeria : Bola Tinubu. Il s’agit d’un des hommes les plus riches du pays ; l’origine de la fortune de ce président entaché de scandales n’est pas claire.

Des documents examinés par The Grayzone révèlent que Tinubu est un agent des États-Unis de longue date qui a été reconnu comme complice d’une vaste opération de trafic de drogue au cours de laquelle il a blanchi des millions pour le compte d’un parent trafiquant d’héroïne.

Bola Ahmed Tinubu : « J’ai passé un excellent moment avec d’autres chefs d’État et d’importants dignitaires lors du banquet d’État organisé par le Président Emmanuel Macron à Paris, en France, ce soir. Le Président Macron et son épouse, la Première Dame Brigitte Macron, ont été à la fois gracieux et chaleureux, faisant de cet événement une expérience très agréable. »

La carrière de Bola Tinubu est entachée par des allégations de trafic de drogue et de corruption

Pendant plus de 30 ans, Bola Tinubu a joué un rôle majeur sur la scène politique et économique du Nigeria, avec des surnoms locaux allant de la « Mère du marché » au « Parrain de Lagos » en passant par le « Lion de Bourdillon ». Mais, son pouvoir à l’intérieur du Nigeria est passé largement inaperçu du public international jusqu’en 2023, lorsqu’il est devenu président de la CEDEAO après avoir remporté la présidence lors d’une élection suivie de près par le gouvernement des États-Unis.

En tant que président, Tinubu a rapidement mis en place un régime de réformes économiques soutenu par le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale (BM), institutions contrôlées par les États-Unis. Au cours de sa carrière politique au Nigeria, l’habile manipulateur africain a entretenu des relations étroites avec l’ambassade des États-Unis. Selon une série de câbles classifiés du département d’État et publiés par WikiLeaks, les responsables américains se sont fortement appuyés sur les évaluations de Tinubu concernant le paysage politique national.

Les débuts de la vie du président de la CEDEAO sont entourés de mystère, et même son âge exact n’est pas connu. Presque tous les détails de l’histoire personnelle de Tinubu — avant son arrivée à Chicago avec un visa d’étudiant — sont contestés, y compris son nom de naissance légal.

Les dossiers de l’université d’État de Chicago (Chicago State University / CSU) montrent que Tinubu a obtenu un diplôme en administration des affaires en 1979. Au cours des années suivantes, les médias indiquent qu’il a été employé, à un titre ou à un autre, par un certain nombre de grandes multinationales basées aux États-Unis, dont Mobil Oil Nigeria, la société de conseil Deloitte et GTE qui était à l’époque la plus grande entreprise de communication et de services publics des États-Unis.

Parmi les quelques détails confirmés concernant les premiers exploits du président nigérian, nombreux sont ceux qui proviennent d’un dossier judiciaire de 1993 désignant Tinubu comme complice d’une vaste opération de contrebande de drogue dans le Midwest.

Comme l’a détaillé le journaliste David Hundeyin, des documents judiciaires du district nord de l’Illinois du tribunal de première instance des États-Unis montrent clairement que Tinubu a amassé une petite fortune en blanchissant de l’argent pour un parent trafiquant d’héroïne à Chicago, et que les fonctionnaires du gouvernement des États-Unis ont fini par saisir plus d’un million de dollars sur divers comptes bancaires enregistrés au nom de l’actuel président nigérian.

Un rapport de 1993 de l’agent spécial de l’IRS,3 Kevin Moss, explique qu’« il y a des raisons suffisantes de croire que les fonds de certains comptes bancaires contrôlés par Bola Tinubu […] sont le produit d’un trafic de drogue ; par conséquent, ces fonds sont confisqués par les États-Unis ».

Dans les documents, Moss décrit une relation de travail extrêmement étroite entre le futur président nigérian et deux trafiquants d’héroïne nigérians, Abiodun Olasuyi Agbele et Adegboyega Mueez Akande, ce dernier étant mentionné comme cousin de Tinubu sur une demande de prêt pour un véhicule.

« Selon les employés de la banque, lorsque Bola Tinubu s’est rendu à la First Heritage Bank en décembre 1989 pour ouvrir les comptes, il leur a été présenté par Adegboyega Mueez Akande qui détenait à l’époque un compte à la banque », a expliqué Moss. De plus, les registres de la banque indiquent que « Bola Tinubu a également ouvert un compte courant conjoint à son nom et à celui de son épouse, Oluremi Tinubu », qui avait « précédemment ouvert un compte conjoint également dans cette banque avec Audrey Akande, l’épouse d’Adegboyega Mueez Akande ». Dans plusieurs des demandes, les adresses utilisées par Tinubu correspondaient exactement à celles utilisées précédemment par Akande.

« D’après les registres bancaires […], Tinubu a ouvert un compte individuel sur le marché monétaire et un compte NOW » à la First Heritage Bank en décembre 1989, a noté l’agent spécial. « Dans la demande, Tinubu a déclaré que son adresse était le 7504 South Stewart, Chicago, Illinois » — « la même adresse que celle utilisée précédemment par Akande ».

« Les registres bancaires révèlent que cinq jours après l’ouverture du compte, le 4 janvier 1990, 80 000 dollars ont été déposés sur le compte NOW à la First Heritage Bank par virement bancaire de Banc One Houston à First Chicago », poursuit le rapport. Selon l’IRS, l’argent a été envoyé par Akande.

Mais les transactions financières du président nigérian avec les trafiquants d’héroïne sont allées encore plus loin, selon l’agent spécial de l’IRS. Il écrit que les registres de la Citibank font état de « deux autres comptes d’entreprise détenus au nom de Compass Finance and Investment Company, Ltd., société qui était contrôlée par Bola Tinubu ».

« Lorsque Bola Tinubu a ouvert ces comptes », il a fourni « un mémorandum d’association et des statuts » qui « identifiaient Mueez Adegboyega Akande et Abiodun Olasuyi Agbele comme directeurs de Compass Finance and Investment Company, Ltd. », a écrit Moss.

En fin de compte, Tinubu a réussi à déposer plus de 660 000 dollars sur son compte à la First Heritage Bank en 1990, et plus de 1,2 million de dollars l’année suivante, tout en déclarant qu’il ne gagnait que 2 400 dollars par mois grâce à son poste chez Mobil Oil Nigeria.

Lorsque l’enquête sur le système de blanchiment d’argent a commencé à prendre de l’ampleur, Tinubu a quitté les États-Unis et est retourné au Nigeria. Finalement, Moss a pu parler à Tinubu par téléphone à plusieurs reprises, et l’agent spécial a rapporté que le futur président a d’abord reconnu ses relations personnelles et financières avec le duo de trafiquants de drogue.

Mais, à la fin du mois de janvier 1992, « Tinubu a informé les agents enquêtant sur cette affaire qu’il n’avait aucune association commerciale ou relation financière avec Abele ou Akande », écrit Moss. « Cette information contredisait ses déclarations antérieures du 13 janvier 1992, lorsqu’il avait indiqué aux forces de l’ordre que l’argent utilisé pour ouvrir le compte à la First Heritage Bank provenait d’Akande. »

De retour au Nigeria, Tinubu avait déjà commencé sa transition dans l’arène politique. En 1992, il a été élu au Sénat et, en 1999, il est devenu gouverneur de l’État de Lagos, poste qu’il a conservé jusqu’en 2007. À un moment donné de son mandat, il a établi avec l’ambassade des États-Unis des relations qui allaient durer des années, selon une série de câbles diplomatiques publiés par Wikileaks.

Mais, même ses alliés du département d’État n’ont pu s’empêcher de remarquer son penchant pour la malhonnêteté. Un câble particulièrement remarquable souligne que l’homme politique est « connu pour jouer avec les faits » et « a été surpris par le passé en train d’embellir ses résultats scolaires ».

En fin de compte, et malgré cela, l’utilité de Tinubu a semblé l’emporter sur sa relation désinvolte avec la vérité, et le futur président nigérian a continué à fournir aux fonctionnaires américains une évaluation quasi continue de la situation politique dans son pays. Après une réunion privée avec Tinubu, l’ambassadeur des États-Unis au Nigeria a fait le commentaire suivant : « comme toujours, nous avons trouvé que son point de vue sur la scène politique nationale était perspicace. »

Lorsque les câbles ont été révélés en 2011, de nombreux Nigérians ont été choqués par la transparence avec laquelle leurs élus s’adressaient aux envoyés de Washington. « La volonté de nos élites de divulguer des informations non sollicitées sur le pays à des représentants des États-Unis trahit une soif infantile de dictature paternelle », a écrit le professeur et chroniqueur nigérian-américain Farooq Kperogi.

Bien que Tinubu semble avoir échappé à la justice pour son rôle présumé dans une intrigue de trafic d’héroïne, les accusations de corruption ont continué à poursuivre le président de la CEDEAO tout au long de sa carrière politique au Nigeria. Depuis qu’il a quitté son poste de gouverneur de Lagos en 2007, Tinubu « a choisi tous les candidats qui ont gagné par la suite », selon la chaîne allemande DW qui a noté plus tôt cette année que le magnat « est considéré comme l’un des hommes politiques les plus riches du Nigeria, mais que l’origine de sa richesse est inconnue ».

Ces dernières années, des indices sur l’origine de la fortune amassée par l’un des principaux acteurs politiques de l’Afrique ont commencé à être révélés.

En 2009, Tinubu a fait l’objet d’une enquête de la police métropolitaine de Londres, qui examinait des allégations selon lesquelles l’homme politique avait mis de l’argent en commun avec deux autres gouverneurs nigérians pour créer une société écran connue sous le nom de « African Development Fund Incorporation » (« Constitution du Fonds africain de Développement »).

Les enquêteurs ont émis l’hypothèse que cet arrangement commercial inhabituel était en fait un effort conjoint pour acquérir illégalement des actions d’ECONET, une entreprise de télécommunications fondée par Strive Masiyiwa, un agent des services de renseignement des États-Unis et un administrateur de la Fondation Gates. Mais les tentatives d’enquête sur la légitimité des transactions en question ont été mises de côté lorsque le gouvernement fédéral nigérian a fait obstruction à l’enquête britannique, qui s’est finalement conclue sans aucune arrestation. À ce jour, les autorités nigérianes n’ont toujours pas communiqué les preuves demandées par les autorités britanniques.

En 2011, Tinubu a été jugé par le Tribunal de code de conduite du Nigeria pour avoir géré illégalement 16 comptes bancaires à l’étranger. Désireux d’éviter l’embarras qu’il avait déjà subi lorsqu’il avait été photographié au tribunal, le président de la CEDEAO aurait refusé de prendre place sur le banc des accusés lors d’une audience judiciaire.

Mais, cette attention malvenue ne semble pas avoir freiné les goûts extravagants de l’homme politique, et Tinubu s’est à nouveau retrouvé mêlé à un scandale de corruption à la suite d’une enquête sur le luxueux manoir de 2 000 mètres carrés où le président nigérian séjourne lorsqu’il reçoit des soins médicaux à Londres.

Tinubu à l’intérieur de son manoir londonien avec un gouverneur nigérian, Dapo Abiodun
[Illustration de Premium Times]

Selon le média nigérian Premium Times, l’imposante villa située dans le quartier huppé de Westminster à Londres a été rachetée pour une bouchée de pain par le fils de Tinubu ; celui-ci a réussi à acquérir la propriété avec un rabais d’environ 10 millions de dollars auprès d’un riche fugitif — ceci en dépit du fait que les avoirs du vendeur, y compris le manoir en question, avaient été gelés par un tribunal nigérian. Des photos publiées sur les réseaux sociaux en 2017 montrent Tinubu posant à l’intérieur de la villa aux côtés du président nigérian de l’époque, Muhammadu Buhari.

Le président actuel et son prédécesseur ont travaillé en étroite collaboration pendant des décennies, et Tinubu a publiquement revendiqué le mérite de la présidence de Buhari lors de sa campagne. « Si je ne m’étais pas tenu devant vous, à la tête de l’armée, en disant “Buhari, vas-y, nous te soutenons”, il n’aurait jamais pu devenir président », a-t-il déclaré à ses partisans lors d’un rassemblement l’année dernière.

Mais, la convergence suspecte d’argent et d’influence ne s’est pas arrêtée au mystérieux manoir londonien. Lors des élections générales de 2019 au Nigeria, des images de camions blindés entrant dans la résidence de Tinubu sont devenues virales sur les réseaux sociaux, et l’incident a été largement considéré comme la preuve que l’homme politique était engagé dans un programme frauduleux d’achat de votes. Mais, Tinubu est resté sur ses gardes, déclarant aux journalistes : « Je garde de l’argent où je veux. »

« Excusez-moi, s’agit-il de mon argent ou de celui du gouvernement ? », a-t-il demandé. « Si je ne représente aucune agence gouvernementale et que j’ai de l’argent à dépenser, si j’ai de l’argent, si je le veux, je le donne au peuple gracieusement », a-t-il insisté.

En janvier dernier, l’explication officielle de l’épisode a encore évolué lorsque l’un des représentants du parti a déclaré à une chaîne de télévision nigériane que les camions blindés en question s’étaient simplement « trompés de route » et étaient arrivés à la mauvaise adresse. Interrogé sur les raisons pour lesquelles Tinubu avait apparemment admis avoir distribué de l’argent au public, le secrétaire organisateur du parti à Lagos a donné aux présentateurs déconcertés une explication tout aussi improbable : « Il a dit cela en plaisantant. »

La CEDEAO est une arme néocoloniale

Bien que la CEDEAO ait été officiellement fondée par le traité de Lagos en 1975, son histoire officielle indique que les origines du bloc remontent à la création du franc CFA en 1945, qui a consolidé l’empire français d’Afrique de l’Ouest en une union monétaire unique. Publiquement, cette initiative a été décrite comme une tentative bienveillante de protéger ces colonies des conséquences de la forte dévaluation du franc français en 1945, à la suite de la création du système de Bretton Woods dominé par les États-Unis. Comme l’a déclaré le ministre français des Finances à l’époque :

« Dans un geste de générosité et d’altruisme, la métropole n’a pas voulu imposer à ses filles éloignées les conséquences de ses propres carences, fixant ainsi des taux de change différents pour leur monnaie. »

En réalité, l’introduction du franc CFA a permis à Paris de maintenir des relations commerciales très inégales avec ses colonies africaines, alors que son économie était ravagée par la Seconde Guerre mondiale et que son empire d’outre-mer se désintégrait rapidement. Cette monnaie a fait en sorte qu’il était bon marché pour les États membres d’importer de France et vice-versa, mais prohibitif pour eux d’exporter quoi que ce soit ailleurs.

Cette dépendance forcée de l’Afrique de l’Ouest francophone a créé un marché captif en faveur des Français et, par extension, du reste de l’Europe. Cette dynamique, qui a freiné le développement économique régional pendant des décennies, persiste encore aujourd’hui. La domination continue du franc CFA garantit que les États d’Afrique de l’Ouest restent sous le contrôle économique et politique de la France. Ces nations africaines sont impuissantes à mettre en œuvre des changements politiques significatifs, car elles n’ont pas le contrôle de leur propre politique monétaire.

Le fait que la monnaie occupe une place si importante dans l’histoire autorisée de la CEDEAO est instructif, car le bloc a longtemps été critiqué comme une extension de l’impérialisme français. Ce n’est pas pour rien qu’en 1960, le président français de l’époque, Charles de Gaulle, a fait de l’adhésion au franc CFA une condition préalable à la décolonisation en Afrique.

Bien que la CEDEAO soit théoriquement censée maximiser le pouvoir de négociation collectif des États membres en encourageant la « coopération économique et politique interétatique », une telle harmonisation permet aux anciennes puissances impériales comme la France d’exploiter et d’affaiblir plus facilement les pays qui la composent. Le bloc impose à ses membres un cadre juridique et financier strict, approuvé par l’Occident, et tout État qui s’écarte de ces règles est sévèrement puni.

En janvier 2022, la CEDEAO a imposé des sanctions strictes au Mali, ce qui a incité des milliers de personnes à descendre dans la rue pour soutenir le gouvernement militaire qui avait pris le pouvoir en janvier de l’année précédente. Les efforts du nouveau gouvernement pour purger le pays de toute influence étrangère malveillante se sont traduits par une interdiction totale des médias français, une décision qui a été critiquée par l’ONU, mais applaudie par le Malien moyen.

La CEDEAO a appliqué des mesures similaires à celles du Burkina Faso en réponse au coup d’État militaire de septembre 2022, qui a vu Paul-Henri Sandaogo Damiba destitué après seulement huit mois au pouvoir. Bien que Damiba se soit lui-même emparé du pouvoir par le biais d’un coup d’État militaire, il n’y a eu que peu de condamnations de la part des responsables occidentaux et peu de suggestions pour que la CEDEAO impose des sanctions — peut-être, en raison de l’orientation pro-occidentale de l’ancien dirigeant, ainsi que de son statut de diplômé de plusieurs formations d’élite de l’armée des États-Unis et du département d’État.

Depuis 1990, la CEDEAO a mené sept conflits différents en Afrique de l’Ouest, afin de protéger les despotes favoris de l’Occident dans la région. Entre 1960 et 2020, Paris a lancé 50 interventions distinctes en Afrique. Les chiffres relatifs aux activités clandestines menées pendant cette période ne sont pas disponibles, mais l’empreinte de Paris est omniprésente dans les multiples élections truquées, coups d’État et assassinats qui ont permis de maintenir au pouvoir des gouvernements complaisants et corrompus sur l’ensemble du continent.

Comme l’a fait remarquer en 2008 le président Jacques Chirac, « sans l’Afrique, la France descendra au rang de puissance du tiers [monde] ». Cette perspective a été réaffirmée dans un rapport du Sénat français de 2013, « L’Afrique est notre avenir ». En effet, la simple existence de gouvernements anti-impérialistes, où que ce soit dans la région, est intolérable pour Paris.

Heureusement pour l’élite française, des personnalités compromises comme Bola Tinubu sont toujours là pour faire le sale boulot à sa place.


  1. Un des nombreux surnoms de la ville de Chicago de l'Etat de l'Illinois dans le Midwest (« Chi » pour « Chicago » et « Town » pour « ville ») (NdT) 

  2. Economic Community of West African States (ECOWAS) (NdT) 

  3. L’Internal Revenue Service (IRS) est l’agence du gouvernement fédéral des États-Unis qui collecte l’impôt sur le revenu et des taxes diverses — sur l’emploi, impôt sur les sociétés et successions notamment — et fait respecter les lois fiscales concernant le budget fédéral des États-Unis. L’agence est rattachée au département du Trésor des États-Unis. (NdT)
    [Source : article de Wikipédia, version du 23 août 2020 à 20 h 46] 

 

Paramétrage
 Aspect :
Blanc Blanc antique
Noir Gris ardoise foncé